Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Publié le 16 Octobre 2017

Palm Beach, un lieu pour les riches retraités qui cherchent le soleil? Oui, mais pas uniquement. Avec ses quartiers branchés, ses restos décontractés, ses plages de sable fin et ses hôtels originaux ou bohèmes, le comté de Palm Beach, en Floride, a tout pour plaire aux autres aussi.

 

 

AMBIANCE DE PLAGE

Le comté de Palm Beach compte 15 localités ayant chacune leur ambiance unique, mais propose surtout 75 kilomètres de côte et une trentaine de plages, pour la plupart encore naturelles. Oubliez les côtes bordées de hautes tours. À Delray Beach par exemple, aucun bâtiment ne fait ombrage au sable fin et à la mer turquoise. Plutôt, entre la mer et le petit centre-ville: une dune parsemée d'herbes hautes.

On pourra passer la journée entre la plage ou la belle piscine du club privé du Seagate Hotel & Spa, ou entre les boutiques et les terrasses d'Atlantic Avenue desservie par un «trolley» (autobus). On pourra bruncher dans un des nombreux établissements proposant des déjeuners décadents. Au City Oyster, pour le lunch, on commandera les meilleurs sushis en ville faits avec les poissons locaux. On passera l'après-midi dans le «beer garden» de la Saltwater Brewery pour goûter à quelques-unes des 19 bières brassées sur place et inspirées des eaux de la mer. On s'arrêtera au musée Cornell installé dans une ancienne école afin d'observer des pièces de l'art américain, ou on optera pour la visite d'une ferme des environs qui offre des repas sur place.

 

AU CŒUR DE L'ACTION

À 25 minutes au nord de là, la ville de West Palm Beach est bien plus imposante. On la désigne d'ailleurs comme le cœur de la région.

Mais attention, il ne faut pas la confondre avec sa voisine, Palm Beach, reconnue pour être l'une des villes les plus riches des États-Unis. West Palm Beach est bien plus accessible.

Opter pour une visite guidée gourmande du centre-ville avec la jeune entreprise West Palm Beach Food Tour est une bonne idée pour un premier contact. En petit groupe, on fait six arrêts à distance de marche l'un de l'autre qui permettent de découvrir (et de goûter) toute la diversité et les influences des tables de Palm Beach.

En marchant, il faut lever les yeux: à chaque coin de rue, de splendides murales font vivre les murs de la ville.

 

LUXE ORIGINAL

Si on tient tout de même à goûter le luxe que peut offrir cette partie de la Gold Coast, c'est au Eau Palm Beach Resort & Spa qu'il faut aller. Dans la petite communauté de Manalapan, cet établissement en bord de mer est tout sauf monotone. L'hôtel, un ancien club privé des années 1950, et son spa sont aujourd'hui dans tous les palmarès internationaux.

La décoration des chambres imaginée par l'artiste new-yorkais Jonathan Adler y est certainement pour quelque chose. Les teintes lumineuses de blanc, de turquoise et de jaune cherchent à répondre au paysage au milieu duquel est installé le Eau Palm Beach. Et dans les chambres, chaque objet, tantôt surprenant, tantôt rigolo, semble être un clin d'œil offert au visiteur.

 

 

PLAGE DE PALMIERS

On raconte que le comté de Palm Beach porte ce nom grâce à un navire qui se serait échoué au 19e siècle avec sa cargaison de milliers de noix de coco qui, une fois plantées, ont laissé à la région ses beaux massifs de palmiers («palm trees»).

En 2017, il sera encore plus facile d'explorer le comté Palm Beach et ses arbres hauts grâce au nouveau train haute vitesse qui reliera Orlando à l'incontournable Miami, en passant par Fort Lauderdale et le centre-ville de West Palm Beach.

On entend bien profiter de ce nouveau moyen de transport pour faire comprendre qu'on propose plus que des condos à Palm Beach et que les plages, les fermes, les rues commerçantes, les bonnes tables et les hôtels du comté ont tout pour plaire et ce, peu importe l'âge.

=============================================================

 

CARNET D'ADRESSES

www.salt7.com
www.silverballmuseum.com
www.theseagatehotel.com
www.cityoysterdelray.com
www.saltwaterbrewery.com
www.oldschoolsquare.org/about/cornell-museum
www.westpalmbeachfoodtour.com
www.eaupalmbeach.com

================================================================

 

À SAVOIR

- Les prix? On croit, à tort, que le comté de Palm Beach est dispendieux à cause de la ville de Palm Beach. Ce n'est pas le cas; en dehors de la ville richissime, les prix sont tout à fait normaux.

- S'y rendre? Plusieurs vols directs sont offerts entre Montréal et l'aéroport de West Palm Beach.

- Quand partir? Il fait chaud toute l'année et chaque période offre ses avantages.

Ce voyage a été rendu possible grâce à The Palm Beaches, Florida 

Floride: (re)découvrir les splendeurs de Palm Beach.
Floride: (re)découvrir les splendeurs de Palm Beach.
Floride: (re)découvrir les splendeurs de Palm Beach.
Floride: (re)découvrir les splendeurs de Palm Beach.

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #Voyage

Repost 0

Publié le 11 Octobre 2017

 

Les experts du tourisme de TripAdvisor ont compilé un guide des destinations les plus prisées en précisant les périodes les plus avantageuses pour réserver ses voyages à travers le monde. 

Après avoir demandé à ses membres les destinations qu’ils voulaient le plus visiter, les analystes ont pris en compte les tarifs hôteliers de 200 sites différents pour trouver la meilleure période pour réserver leurs vacances de rêve, sans pour autant grever leur budget. 

Les données climatiques et les restrictions saisonnières ont aussi été mises dans la balance. 

En tête des destinations qui font le plus rêver les utilisateurs de Tripadvisor on trouve Bali, l’île paradisiaque d’Indonésie. Bien que le rêve puisse sembler hors d’atteinte pour certains, les analystes de TripAdvisor soulignent qu’en réservant en mai ou en juin, les voyageurs peuvent économiser jusqu’à 52% sur leur chambre d’hôtel par rapport à la haute saison. 

Voici d’autres destinations de rêve et les meilleures périodes pour s’y rendre: 

L’île Maurice: en réservant pour septembre, on peut économiser jusqu’à 51%
Bali: mai, juin, économies jusqu’à 52%
Bora Bora: avril, économies jusqu’à 38%
New York City: mars, économies jusqu’à 33%
Botswana: avril ou octobre, économies jusqu’à 32%
Chûtes d’Iguazu au Brésil: mai, économies jusqu’à 31%
Tokyo: mai, économies jusqu’à 21%
Seychelles: septembre, économies jusqu’à 20%
Hawaï: avril, mai, septembre et octobre, économies jusqu’à 20%  

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #Conseil Voyage

Repost 1

Publié le 11 Octobre 2017

La route qui traverse la cordillère des Andes au sud de Quito, la capitale de l’Équateur, fut baptisée par l’explorateur allemand Alexander von Humboldt l’«avenue des Volcans». Cette voie, qui s’étire entre de nombreux volcans majestueux à la cime enneigée, offre aux visiteurs un panorama éblouissant qui prend en certains endroits un éclat irradiant, en d’autres une douceur pénétrante, ce qui confère aux paysages un aspect à la fois tranquille et spectaculaire. Voici quelques attraits de l’avenue des Volcans à ne pas manquer.

 

 

Parque Nacional Cotopaxi

Au sud de Machachí s’étend le Parque Nacional Cotopaxi. Décrété parc national en 1975, ce territoire s’étend sur plus de 320 km2 et abrite bon nombre d’espèces d’oiseaux comme le condor et le colibri. En outre, des lamas, des renards, des pumas et des ours se partagent le vaste espace protégé par ce parc naturel. Son volcan, le Cotopaxi, compte parmi les volcans actifs les plus élevés au monde (5 897 m d’altitude). Coiffé d’un cône de glace à la symétrie presque parfaite, il est aussi magnifique à regarder que dangereux à escalader. Son activité permanente représente une menace constante pour les villages avoisinants qu’il a déjà engloutis par le passé. Sa dernière éruption funeste remonte à 1882, lorsqu’il détruisit une bonne partie de la ville de Latacunga. Le volcan est entré en éruption pour la dernière fois le 22 août 2015.

 

 

Volcán Tungurahua

Haut de 5 020 m, le volcan Tungurahua constituait un excellent terrain d’entraînement avant l’ascension de plus hauts volcans, comme le Chimborazo.

Néanmoins, depuis quelques années, il est dangereux de s’y aventurer, car il est en activité.

 

 

Laguna de Quilotoa

Ne manquez surtout pas d’aller admirer la superbe Laguna de Quilotoa. Perché à presque 4 000 m d’altitude, ce magnifique lac de couleur émeraude se love dans l’ancien cratère d’un volcan éteint, à une dizaine de kilomètres au nord du village de Zumbahua. En plus d’avoir une vue saisissante sur le lac, les randonneurs seront récompensés par le privilège d’admirer en toute quiétude les nombreuses cimes enneigées qui se découpent sur l’horizon ou qui se mirent dans les eaux.

 

 

Volcán Altar

Le volcan Altar culmine à 5 320 m et est sans doute l’un des sommets les plus difficiles à vaincre en Équateur. L’Altar offre de magnifiques paysages, sans oublier la vue sur des lacs aussi superbes que mystérieux. Chaque lac a en effet une eau de couleur différente – bleue, verte, jaune, etc.

 

 

Volcán Chimborazo

Le Chimborazo (6 310 m) demeure sans conteste le plus haut sommet des Andes équatoriennes. Il récompense les efforts de ceux qui ont le courage, la patience et la témérité de gravir ses pentes jusqu’à son sommet, par des paysages hors du commun pour lesquels on est vite à court de superlatifs.

 

 

Parque Nacional Sangay

Le parc national Sangay se trouve dans une région parmi les plus difficiles d’accès en Équateur, et sa visite nécessite une excellente condition physique. Il couvre une superficie de 2 710 km2 et comprend les volcans Sangay, Tungurahua et Altar. La flore change selon l’altitude et les régions. Ainsi, on peut se promener dans une forêt tropicale humide et déboucher soudainement sur des plateaux enneigés. Le volcan Sangay, qui culmine à 5 200 m d’altitude, représente pour les amateurs de sensations fortes un intéressant défi à relever. Au fur et à mesure que vous en ferez l’ascension, vous entendrez un grondement venu de ses entrailles et sentirez une odeur de soufre de plus en plus forte.

 

 

Tiré du guide Ulysse Fabuleux Pérou et Équateur,

par le collectif d’auteurs Ulysse,

 

 

disponible en version papier et en version numérique.

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #Evasion Voyage

Repost 0

Publié le 4 Octobre 2017

 

 

L’automne, avec ses couleurs flamboyantes, est pour plusieurs randonneurs la saison idéale pour aller se balader dans la nature. Le temps est frais, l’air est vivifiant, et les sentiers sont couverts de feuilles rouges, jaunes et orangées, comme si la nature nous offrait son plus beau tapis afin qu’on puisse marcher jusqu’aux nuages. Voici cinq suggestions d’agréables randonnées à moins de deux heures de Montréal qui vous promettent de belles sorties en plein air cet automne.

 

 

Cantons-de-l’Est – Les crêtes du mont Chauve

Le parc national du Mont-Orford est un excellent site pour les randonneurs, puisqu’il comprend un réseau de plus de 80 km de sentiers de différents degrés de difficulté. Les plus belles randonnées à effectuer dans le parc sont sans contredit l’ascension du mont Chauve et le sentier des Crêtes. Toutes deux offrent des points de vue embrassant toute la région.

 

 

Laurentides – Randonnée et tranquillité au parc de la montagne Tremblante

Les amateurs de randonnée pédestre peuvent profiter d’environ 100 km de sentiers de différents degrés de difficulté au Mont-Tremblant. Ainsi, les sentiers de La Roche et de La Corniche, classés parmi les plus beaux du Québec, permettent de s’offrir de courtes et délicieuses randonnées. Le sentier du Centenaire, avec un dénivelé de 400 m, offre de superbes points de vue sur le massif du mont Tremblant, le lac Supérieur et la vallée de la Diable. Une autre belle option de randonnée est le sentier du Toit-des-Laurentides, un peu plus long, mais qui mène au point le plus élevé des Laurentides, le pic Johannsen, à 935 m d’altitude.

 

 

Lanaudière – Course et éblouissement dans la forêt Ouareau

Le vaste Parc régional de la Forêt Ouareau est divisé en cinq secteurs qui totalisent une centaine de kilomètres de sentiers de tout degré de difficulté. Bien adapté à la course en sentier, le secteur du Massif donne accès à un tronçon du Sentier national. Élancez-vous sur ce parcours linéaire ou entreprenez une boucle qui ceinture l’un des jolis lacs du parc, pour une belle promenade ou une course en sentier des plus satisfaisantes.

 

 

 

Mauricie – Parcourir un paradis lacustre

Divisé pour la randonnée en deux secteurs, soit Saint-Mathieu et Saint-Jean-des-Piles, le parc national de la Mauricie compte 11 sentiers qui totalisent une centaine de kilomètres. Le secteur accessible par l’entrée Saint-Mathieu est particulièrement apprécié pour ses courts sentiers offrant une belle diversité de milieux naturels. Vous passerez ainsi de tourbière en lac et de cascades en falaise et jouirez de points de vue époustouflants sur les environs.

Montérégie – Le pain de sucre du mont Saint-Hilaire

Avec 400 m d’altitude, le mont Saint-Hilaire offre plusieurs possibilités de randonnée grâce à ses nombreux sentiers. Et, en prime, les points de vue qui se dévoilent au bout de nos peines valent amplement l’effort prodigué. Entre autres, le Pain de sucre offre une vue sans pareille sur la région montérégienne.

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #Evasion Voyage

Repost 0

Publié le 3 Octobre 2017

 

 

 

 

Le 26 décembre 2003, un violent séisme tuait près de 40 000 personnes, rasant à plus de 90% la ville de Bam, mondialement réputée pour sa citadelle médiévale, Arg-e Bam, merveille classée au patrimoine mondial de l'Unesco. Il faut dire que les constructions en pisés ne sont pas vraiment réputées pour résister au tremblement de terre... Le gouvernement iranien s'est tout de suite mis à la tâche et a promis que la citadelle serait entièrement reconstruite. Ce chantier titanesque avance bien et le site devrait avoir totalement retrouvé sa superbe en 2025.

Située dans le sud de l'Iran, dans la province désertique du Kerman, la citadelle Arg-é Bam figure parmi les sites les plus grandioses de la planète. C'est le plus vaste monument du monde en terre crue et notamment de pisé, mélange de terre et de paille. Son bazar, ses mosquées, ses maisons traditionnelles, et bien sûr les remparts qui les ceignaient, toute la citadelle fut construite en pisé, il y a près de deux mille ans ! Il s'agit d'un exemple unique d'architecture pré-islamique, le tout sur plus de 2 500 hectares ! Petite à petit, depuis le désastre de 2003, la fabuleuse cité de pisé est reconstruite plus ou moins à l'identique.

Découvrez la sublime citadelle de Bam, joyau iranien qui renait de ses cendres.
Découvrez la sublime citadelle de Bam, joyau iranien qui renait de ses cendres.
Découvrez la sublime citadelle de Bam, joyau iranien qui renait de ses cendres.
Découvrez la sublime citadelle de Bam, joyau iranien qui renait de ses cendres.
Découvrez la sublime citadelle de Bam, joyau iranien qui renait de ses cendres.

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #Decouverte

Repost 0

Publié le 2 Octobre 2017

 

Campée entre l’océan Austral et la chaîne du Mont Lofty, la capitale de l’Australie-Méridionale a été fondée par des Britanniques libres et non par des bagnards, contrairement aux autres colonies du pays. Elle est donc l’héritière d’un riche patrimoine architectural et d’une tradition artistique bien ancrée. (southaustralia.com) Si l’on a quelques jours pour l’apprivoiser, on commence par visiter le South Australian Museum et la Art Gallery pour découvrir et apprécier la beauté de l’art aborigène. (samuseum.sa.gov.au; artgallery.sa.gov.au) Puis, on repère les koalas perchés dans les eucalyptus du Morialta Conservation Park, qui se situe dans la proche banlieue d’Adélaïde, et on se gâte à la JamFactory, vitrine privilégiée des joailliers, potiers et autres maîtres verriers australiens, ainsi que dans les petites boutiques de la Rundle Street East. (jamfactory.com.au) On savoure au bistro Blackwood ou au resto gastronomique Orana la cuisine côtière du chef Jock Zonfrillo, qui peut se vanter d’avoir familiarisé le fameux chef copenhagois René Redzepi avec les plantes indigènes comestibles de son coin de pays. Psitt: ses craquelins de kangourou à base de tendons frits provenant du marsupial — on vous voit faire la grimace! — sont surprenants (restaurantblackwood.com; restaurantorana.com) Le Mayfair, un charmant hôtel du centre-ville, est un incontournable du coin avec son bar sympa aménagé sur le toit. (mayfairhotel.com.au)

Australie rivière Torrens

La rivière Torrens ajoute au charme de la capitale de l'Australie-Méridionale.

 

Deuxième escale: Kangaroo Island

Une envolée de 25 minutes au départ d’Adélaïde et… bonjour, le bush! Peu habitée, l’île de Kangaroo Island, KI pour les intimes, occupe une superficie de 4400 kilomètres carrés, dont 30 % sont protégés. Résultat? C’est un véritable zoo naturel! «Les visiteurs l’adorent parce qu’ils y voient un concentré de l’Australie», explique Craig Wickham, directeur de l’agence Exceptional Kangaroo Island. Sur ce, on part observer les lions de mer, qui squattent la plage de la bien nommée Seal Bay, et les otaries à fourrure de Nouvelle-Zélande, qui s’ébattent sur des rochers près d’Admirals Arch. Tout aussi impressionnant est le site où s’érigent les Remarkable Rocks, ces monstres de granit malmenés par les éléments depuis des millions d’années. Quant aux koalas, ils sont partout! KI, c’est aussi le point de vue idéal pour admirer l’océan Austral à perte de vue en arpentant le nouveau Wilderness Trail, un parcours de 61 kilomètres le long de la côte. Et puis on y trouve l’un des meilleurs hôtels de tout le pays, le Southern Ocean Lodge. Se fondant à son environnement, ce sublime établissement de 21 chambres et suites conjugue design épuré, haute gastronomie et explorations bien orchestrées. Ainsi, au cours de l’excursion «Kangas & Kanapés», on savoure un buffet apéritif en plein pâturage tout en observant Skippy et ses amis gambader en toute liberté! (exceptionalkangarooisland.com; kangarooislandwildernesstrail.sa.gov.au; southernoceanlodge.com.au)

 

Australie Kangourou

Un kangourou en liberté dans un pré.

 

 

Troisième halte: la vallée Barossa

À une soixantaine de kilomètres au nord-est d’Adélaïde, bienvenue dans la «superstar» des régions vitivinicoles du pays. Produisant à elle seule 21 % des vins australiens, la vallée Barossa compte une centaine de cellar doors qui nous invitent à goûter les vins de syrah qui font son renom. Parmi elles, on retrouve évidemment celles de géants comme Jacob’s Creek, mais on en découvre aussi de moins connues: la toute petite maison Rockford, qui élabore encore ses nectars de façon artisanale, à l’aide d’une machinerie datant du XIXe siècle, et qui met en vente en décembre de chaque année, un mousseux de syrah unique au monde! Au palmarès de nos favoris, mentionnons Yalumba , une entreprise familiale réputée pour ses viogniers et la beauté de son site, ainsi que Seppeltsfield, qui jouit du prestige associé tout autant à ses vins fortifiés centenaires qu’à son excellent restaurant, Fino.

Si ces «trésors» locaux sont parfois connus internationalement, leur terre natale l’est beaucoup moins. Cette région de douces collines parcourues de troupeaux de moutons, de mers de vignes et d’oliveraies rappelle un brin la Toscane, un rien la Provence. Parsemez le tout d’un chapelet de hameaux proprets, fondés autour des années 1840-1850 par des colons britanniques et allemands, pour ajouter au charme pittoresque de la vallée.

L’hôtel boutique The Louise, membre des Relais & Châteaux, s’intègre d’ailleurs à merveille dans ce coin de pays idyllique: 15 suites, une piscine à débordement, une table qui fait honneur à l’agneau, aux fromages, au miel et à d’autres produits du terroir, le tout avec une vue sur les vignobles environnants. C’est plutôt inoubliable! (barossa.com; thelouise.com.au)

 

Australie panorama hôtel The Louise

Ce panorama, croqué de la terrasse de l'hôtel The Louise, est caractéristique de celui de la Barossa.

 

La finale: Sydney

Après une envolée de deux heures au départ d’Adélaïde, nous voilà au coeur de l’effervescente capitale de la Nouvelle-Galles du Sud, dans le quartier The Rocks où les premiers convicts (condamnés) débarquèrent, en 1788. C’est là, dans le secteur le plus cool en ville et à distance de marche des restos et magasins, que siège l’hôtel-boutique Harbour Rocks, une propriété branchée de la collection MGallery by Sofitel. (harbourrocks.com.au) Quoi voir, quoi faire? Voici sept bons plans…

1. On prend l’apéro sur la terrasse de l’Opera Bar au coucher du soleil, pour profiter de la vue sur le célèbre Harbour Bridge, un des plus beaux havres du monde. (operabar.com.au)

 

2. On pose sa serviette à Bondi Beach et on agrémente son lunch d’un filet de barramundi grillé sur le barbecue au bistro de plage Surfish, avant de terminer l’après-midi au bar Icebergs Club où l’on profite d’une vue imprenable sur la mer. (icebergs.com.au)

 

3. Le samedi, on flâne d’étal en étal aux Paddington Markets et on découvre de grands noms de la mode australienne, dont Ellery, parmi les griffes haut de gamme que distribue Parlour X, une ancienne église reconvertie en boutique! Cap ensuite sur les transats mis à la disposition des passants au Reservoir Gardens, où l’on se prélasse tout en admirant la beauté de cet incroyable jardin suspendu (paddingtonmarkets.com.au; parlourx.com)

 

4. Le dimanche, à l’heure du brekkie (déjeuner), on se rend dans le quartier de Haymarket pour le populaire yum cha (littéralement «boire le thé»), sorte de brunch traditionnel chinois où l’on accompagne sa boisson d’un repas de dims sums. Notons au passage que le restaurant The Eight, qui propose une cuisine chinoise moderne, est sans cesse plein. Un bon signe! (theeightrestaurant.com.au)

 

5. On explore les galeries d’art du quartier émergent de Chippendale. L’une d’elles, White Rabbit, présente notamment une collection d’oeuvres chinoises contemporaines absolument spectaculaires. (whiterabbitcollection.org)

 

6. Depuis Circular Quay, on emprunte un traversier allant, entre autres, à Manly, histoire de prendre le pouls des localités et des plages de la rive nord de Sydney. (En elle-même, la croisière est extra!)

 

7. Et, bien sûr, on ne part pas sans se procurer une paire de bottes UGG!

 

La finale: Sydney

En fin de journée, cap sur l'Opera Bar pour trinquer entre amis, un rituel des citadins!

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #Voyage

Repost 0

Publié le 2 Octobre 2017

Il n’y a pas meilleure saison que ­l’automne pour s’évader dans la nature, et ainsi contempler et goûter les beautés naturelles. Et si on décidait de sortir des sentiers battus et de s’offrir une fin de semaine toute simple dans un village tranquille ? Saint-Léon-de-Standon, un village situé aux confins de la région de Bellechasse au sud-est de Québec, est une belle découverte. Moments de zénitude garantis.

Avec ses monts, ses vallées et son clocher qui pointe vers le ciel, Saint-­­­Léon-de-Standon ressemble étrangement à un paysage de la Suisse. Et dès qu’on grimpe sur les hauteurs du village, le décor nous coupe le souffle, littéralement. Alors, imaginez l’automne... lorsque le paysage est cousu d’or !

 

Fier de ses racines

Ce village d’un peu plus de 1000 habitants, fort apprécié des peintres et photographes, démontre une fierté pour son passé et ses racines. Dans le musée Espaces Mémoires Vivantes, ­installé au sous-sol de l’église, on peut voir une collection d’objets anciens et de pièces anciennes appartenant à des résidents de la municipalité, ainsi qu’une série de vieilles photos qui viennent illustrer l’histoire de ce village. À l’extérieur, un circuit patrimonial constitué de panneaux d’interprétation passe en des endroits stratégiques. On y apprendra entre autres que le petit village n’a pas toujours été aussi tranquille qu’on le croit...

 

Un gîte agréable

On découvre aussi de beaux bâtiments anciens tels que le vieux presbytère, construit en 1890, puis déménagé dans les années 50. Jacques Gaudreault, un entrepreneur spécialisé dans la restauration de bâtiments patrimoniaux et sa conjointe Muriel Brochu, designer d’intérieur, se sont portés acquéreurs du bâtiment (qui a aussi servi de résidence aux personnes âgées) et ils l’ont restauré avec soin, en préservant son cachet d’origine. Ils en ont fait un gîte agréable et confortable.

Les hôtes, fort accueillants, offrent des petits déjeuners copieux et le soir, un repas champêtre 4 services, à la condition que vous soyez au moins quatre personnes à table. Vous aurez peut-être la chance d’y rencontrer des marcheurs du chemin de Saint-Rémi. Il s’agit d’un genre de Compostelle qui débute à Saint-Adrien dans les Cantons-de-l’Est et se termine en Matapédia, tout en sillonnant la chaîne de montagnes des Appalaches. Ce chemin de 800 kilomètres préconise la mise en valeur des villages, des traditions et du terroir québécois.

 

Sentiers de randonnée

À quelques kilomètres de là, le Parc régional du Massif du Sud, reconnu pour ses hauts sommets et ses 10 observatoires avec vues imprenables, offre un réseau de sentiers pédestres de 71 kilomètres. Des sentiers bien balisés et signalisés, agréables à parcourir, avec des vues spectaculaires et qui traversent des forêts anciennes sillonnées de belles rivières... Pour les marcheurs qui aiment la longue randonnée, le Parc offre diverses possibilités d’hébergement, tels refuges, tentes prospecteur, yourtes et autres.

Le village de Saint-Léon n’est pas très loin de Lac-Etchemin, où se trouve le Moulin de la Lorraine, un moulin à farine construit en 1860, devenu centre d’art en 2007. On y accueille des artistes en arts visuels, des poètes, des musiciens... Le Moulin est entouré de jardins, de sentiers de promenade et d’un sous-bois poétique ainsi que d’une superbe sculpture de René Derouin.

Le musée accueille, jusqu’au 17 décembre, une exposition de l’artiste Thérèse Sauvageau, qui a peint pendant 30 ans des scènes pittoresques de la vie rurale d’autrefois.

REPÈRES

Espaces Mémoires ­Vivantes : ouvert sur demande pour les groupes en automne 418 642-2224.
Où loger ? : Au vieux presbytère : www.auvieuxpresbytere.com 581 888-7051.
 
Où marcher ? : Parc régional du Massif du Sud : 300 Route du Massif, Saint-Philémon. www.massifdusud.com
 
 
Moulin de la Lorraine : moulinlalorraine.ca 418 625-4400
Zénitude garantie à Saint-Léon-de-Standon.
Zénitude garantie à Saint-Léon-de-Standon.
Zénitude garantie à Saint-Léon-de-Standon.
Zénitude garantie à Saint-Léon-de-Standon.

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #Evasion Voyage

Repost 0

Publié le 27 Septembre 2017

 

 

Ça y est: les vacances sont terminées. Afin de faire durer le plaisir, voici quelques idées de choses à faire
avec tous les jolis souvenirs que vous avez photographiés cet été.

 

 

Livre de photos

Plutôt que de faire imprimer vos photos et de les classer dans un album, ce qui peut être long et décourageant, pourquoi ne pas créer un livre de photos? Plusieurs entreprises offrent en téléchargement des logiciels gratuits qui vous permettront de monter facilement et rapidement vos propres livres de photos grâce à des gabarits préétablis. Aux plus experts d’entre vous, nous suggérons le site Blurb, qui permet de faire des livres de qualité professionnelle. Vous choisissez le format (le large landscape est spectaculaire) et le nombre de pages, vous bâtissez vos propres gabarits et vous pouvez même ajouter du texte.
 

À partir de 14,99$ pour 20 pages

 

 

Encadrement

Que ce soit un joli portrait de vous en vacances ou un paysage majestueux, faites développer vos photos en grand et, pourquoi pas, sur des textures originales. Chez Posterjack, une entreprise canadienne, vous pouvez faire imprimer vos photos sur du métal, sur une toile, sur du bois de grange ou sur un bloc d’acrylique, sans oublier les impressions encadrées plus standard. Et pourquoi pas faire imprimer votre photo de voyage préférée en format grande affiche?
 

De 4,99$ à 184,99$ pour une grande affiche

 

 

Boîtes de photos

Que faire de toutes les photos de voyage prises sur votre téléphone et dont la résolution n’est pas assez bonne pour en tirer des agrandissements? Les boîtes de photos sont votre meilleure option. Le service photo d’Uniprix offre des «coffrets Instaphoto». Ce sont des boîtes à remplir de vos photos de voyage (prises avec votre téléphone ou pas) de format 13 cm x 13 cm. Les boîtes peuvent contenir 20, 30 ou 40 photos. Vous pouvez même choisir de les faire imprimer avec une bordure de style Polaroïd.
 

 

De 14,99$ à 24,99$

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #Conseil Voyage

Repost 0

Publié le 26 Septembre 2017

 

Si vous avez toujours rêvé de voir les aurores boréales, Air North, une compagnie aérienne du Yukon, offre une expérience hors du commun.

Le 24 ou le 25 novembre prochain (tout dépendant de la météo), un vol partira de Whitehorse avec 78 personnes à bord afin de chasser les aurores boréales à 36 000 pieds dans les airs.

Le retour se fait à Whitehorse la même nuit. L’expérience se nomme Aurora 360.

Le prix? 950$ taxes et frais inclus. La compagnie offre même des vols aux départs d’Ottawa, Kelowna, Vancouver, Calgary et Edmonton pour se rendre à Whitehorse pour le vol d’observation. Il faudra payer entre 1635$ et 1975$ pour le forfait.

C’est cher payé pour un vol qui ne vous mènera nulle part, mais la vue en vaudra sûrement la peine.

 

 

 

 

 

Une compagnie aérienne canadienne offre un vol spécial pour voir les aurores boréales
Une compagnie aérienne canadienne offre un vol spécial pour voir les aurores boréales
Une compagnie aérienne canadienne offre un vol spécial pour voir les aurores boréales
Une compagnie aérienne canadienne offre un vol spécial pour voir les aurores boréales
Une compagnie aérienne canadienne offre un vol spécial pour voir les aurores boréales
Une compagnie aérienne canadienne offre un vol spécial pour voir les aurores boréales
Une compagnie aérienne canadienne offre un vol spécial pour voir les aurores boréales
Une compagnie aérienne canadienne offre un vol spécial pour voir les aurores boréales
Une compagnie aérienne canadienne offre un vol spécial pour voir les aurores boréales
Une compagnie aérienne canadienne offre un vol spécial pour voir les aurores boréales
Une compagnie aérienne canadienne offre un vol spécial pour voir les aurores boréales
Une compagnie aérienne canadienne offre un vol spécial pour voir les aurores boréales
Une compagnie aérienne canadienne offre un vol spécial pour voir les aurores boréales
Une compagnie aérienne canadienne offre un vol spécial pour voir les aurores boréales
Une compagnie aérienne canadienne offre un vol spécial pour voir les aurores boréales
Une compagnie aérienne canadienne offre un vol spécial pour voir les aurores boréales
Une compagnie aérienne canadienne offre un vol spécial pour voir les aurores boréales
Une compagnie aérienne canadienne offre un vol spécial pour voir les aurores boréales
Une compagnie aérienne canadienne offre un vol spécial pour voir les aurores boréales
Une compagnie aérienne canadienne offre un vol spécial pour voir les aurores boréales
Une compagnie aérienne canadienne offre un vol spécial pour voir les aurores boréales
Une compagnie aérienne canadienne offre un vol spécial pour voir les aurores boréales
Une compagnie aérienne canadienne offre un vol spécial pour voir les aurores boréales

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #Evasion Voyage

Repost 0

Publié le 25 Septembre 2017

Cette île des Antilles néérlandaises au large du Venezuela brille par ses beautés naturelles et sa culture foisonnante. Voici 10 façons de découvrir ce joyau.

 

 

 

1. Explorez la plus colorée des villes

Jaune, vert, orange, bleu, turquoise... Sur le pont flottant Queen Emma - surnommé The Swinging Old Lady, car il pivote 30 fois par jour pour laisser passer les bateaux -, on ne sait où donner de la tête. Sur une rive, on aperçoit les maisons coloniales de l'avenue commerçante Handelskade, qui bordent le quartier de Punda; sur l'autre trônent celles d'Otrobanda, qui se reflètent dans les eaux de Saint Ann's Bay. Toutes rivalisent de beauté par leurs couleurs éclatantes. Pas surprenant que Willemstad, la capitale de Curaçao, soit inscrite sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO pour son architecture multicolore. Si la ville est aujourd'hui un véritable arc-en-ciel, on le doit au politicien néerlandais Albert Kikkert, gouverneur de Curaçao au début du XIXe siècle. Prétextant que les murs blancs des maisons réfléchissaient le soleil et que ça lui donnait la migraine, il a ordonné qu'on les repeigne en différentes couleurs. Ce que l'on a découvert après sa mort, c'est qu'Albert Kikkert était aussi actionnaire de la seule compagnie de peinture de l'île... N'empêche que le résultat est éblouissant. Pour mesurer toute la beauté de Willemstad, il faut arpenter ses petites rues et visiter ses nombreux monuments, dont la synagogue Mikvé Israel-Emanuel, soit le plus vieux temple juif du Nouveau Monde, bâti en 1730. Ou encore, le fort Amsterdam, construit par les Néerlandais en 1635, soit un an après qu'ils eurent pris l'île aux mains des Espagnols, qui l'avaient découverte en 1499. Dans le quartier de Scharloo, les majestueuses demeures néoclassiques italiennes construites au XIXe siècle par de riches commerçants juifs vous feront rêver. Après avoir été abandonnées pendant des décennies, certaines ont retrouvé leur lustre d'antan.

 

 

2. Fêtez dans le soho des antilles

Au cours des dernières années, le secteur de Pietermaai s'est transformé en un quartier branché, qui s'anime dès la tombée du jour. À l'heure de l'apéro, sirotez un mojito sur la très chic terrasse du SAINT-TROPEZ (sainttropezcuracao.com), avec vue sur la mer et piscine en prime! Puis, régalez-vous au restaurant No 5 (restaurantno5.com), où le chef vous préparera un menu-surprise selon vos goûts. À moins que vous ne préfériez l'invitante terrasse du GINGER (gingercuracao.com), où l'on sert un délicieux poulet tandoori, du saumon à la citronnelle et d'autres délices inspirés des Caraïbes et de l'Asie. Puis, passez prendre un verre (ou deux) dans le décor baroque du MUNDO BIZARRO. Si vous aimez être au coeur de l'action, vous pouvez même louer l'une des maisons coloniales de Pietermaai, datant du XVIIIe siècle, qui ont été converties en luxueux studios (pietermaaiapartments.com).

 

 

3. Plongez!

 Curaçao est le paradis des adeptes de la plongée sous-marine. La raison? De nombreux récifs de corail se trouvant à distance de nage de la rive, on n'a pas à prendre un bateau pour admirer la faune et la flore exotiques qu'ils abritent. Les novices peuvent s'initier à la plongée grâce aux différents forfaits proposés par SCUBA LODGE (scubalodge.com). Cette école dispose même de chambres et d'appartements avec vue sur la mer, pour ceux qui comptent passer une partie de leurs vacances sous l'eau!

 

 

 

 

 

4. Flirtez avec le jazz

En septembre, le quartier de Pietermaai vibre au rythme du jazz pendant le CURAÇAO NORTH SEA JAZZ FESTIVAL (curacaonorthseajazz.com). Des artistes comme Lionel Richie, Wyclef Jean et John Legend ont été les têtes d'affiche de la dernière édition de ce festival. Les Curaciens et les touristes se donnent également rendez-vous chaque jeudi soir au resto-bar BLUES, de l'hôtel Avila, une véritable institution! Dans ce pavillon surélevé avec vue sur la mer, les musiciens font monter le mercure de quelques degrés dès le coucher du soleil. Le reste du temps, l'HÔTEL AVILA (avilahotel.com) est un havre de paix, avec ses chambres modernes et épurées, sa piscine à débordement et ses plages de sable blanc... C'est d'ailleurs là que la royauté néerlandaise séjourne lorsqu'elle est de passage sur l'île!

 

 

5. Revisitez un triste chapitre de notre histoire

Lorsque les Néerlandais ont mis les pieds à Curaçao, ils ont vite réalisé que les terres de leur nouvelle colonie ne permettraient pas de cultiver la canne à sucre ou le café. Ils ont donc décidé de faire un commerce tristement profitable: celui des esclaves. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, c'est environ 500 000 Africains qui ont été vendus sur l'île aux autres colonisateurs européens. Pour mieux comprendre le destin tragique de ces esclaves, visitez le musée de KURA HULANDA, consacré à l'esclavage. Situé dans le quartier d'Outrobonda, là même où s'opérait la traite des esclaves, ce musée a été créé à l'initiative de Jacob Gelt Dekker, un riche homme d'affaires hollandais. Il y a une vingtaine d'années, il a restauré 72 habitations coloniales adjacentes au musée, datant des XVIIe et XVIIIe siècles. Aujourd'hui, on peut séjourner dans l'une des maisons de ce village, reconverti en hôtel quatre étoiles, le SONESTA KURÄ HULANDA VILLAGE & SPA (kurahulanda.com).

 

 

6. Parlez papamiento

«Dushi!» Les Curaciens ponctuent leurs phrases de cette expression qui signifie «douceur» et qui peut aussi bien qualifier un mets savoureux ou une expérience agréable que se muer en un surnom affectueux! Les langues officielles de Curaçao sont le néerlandais et le papamiento, qui est un mélange de portugais, d'espagnol, de néerlandais, de français, d'anglais et de dialectes africains. Les nombreux esclaves qui ont séjourné sur l'île auraient créé cette langue métissée qu'ils utilisaient pour communiquer avec leur propriétaire, mais aussi avec les esclaves provenant d'autres colonies

 

 

7. Mangez comme les locaux

En avant-midi, offrez-vous une promenade le long du canal de Waaigat, où s'alignent les étals débordants de légumes et de fruits exotiques. Puisque le climat aride de Curaçao rend l'agriculture difficile, ceux-ci sont livrés quotidiennement par bateau du Venezuela, qui se trouve à seulement 65 km de distance. Les marchands vénézuéliens accostent leurs péniches colorées sur le bord du canal; c'est la raison pour laquelle on appelle ce marché le floating market. À quelques pas de là se trouve le ROUND MARKET. Ici, des marchands des différentes îles des Caraïbes vendent leurs produits, qu'il s'agisse de viande, de fruits, de légumes ou d'artisanat. À l'heure du lunch, cassez la croûte avec les Curaciens au MARSHE BIEUW, qui signifie «ancien marché» en papamiento. On y sert des spécialités locales telles que le kabritu stobá, du ragoût de chèvre. Et si vous avez une fringale après une soirée arrosée, essayez ce que servent les truk'i pan, l'équivalent de nos food trucks!

 

 

 

 

8. Explorez l'île

Pour découvrir le côté sauvage de Curaçao, faites une expédition dans le nord de l'île. Il y a de superbes plages peu fréquentées, comme celle de Kleine Knip, où vous découvrirez un panorama paradisiaque. Poursuivez votre route jusqu'à Boca Tabla, dans le parc national de Shete Boka. Là, du haut des falaises, les vagues sont d'une telle puissance qu'elles donnent un spectacle à couper le souffle! Au retour, faites un arrêt dans les marais salants de Jan Kok, et vous aurez peut-être la chance de voir une colonie de flamants roses. Si vous êtes du genre à préférer vous laisser porter plutôt qu'à conduire, optez pour cette expédition via l'organisateur de tours guidés FUNBINI (funbini.com).

 

 

9. Rapportez un souvenir

Après avoir passé vos vacances à siroter des cocktails bleu vif, pourquoi ne pas visiter la distillerie LANDHUIS CHOBOLOBO (curacaoliqueur.com), qui fabrique le fameux triple sec du même nom que l'île? Vous y apprendrez que ce sont les Espagnols qui, au XVIe siècle, ont planté à Curaçao des orangers de Valence. Mais leurs fruits étaient si amers que personne ne prenait la peine de les cueillir. Ce n'est que quelques décennies plus tard que germa l'idée d'utiliser leur pelure pour produire cet alcool sucré. Pour en apprendre plus sur la végétation de l'île, faites un saut dans les jardins de DINAH VEERIS (dinahveeris.com). Cette enseignante à la retraite est une vraie passionnée de botanique et, pour perpétuer le savoir de ses ancêtres, elle a entrepris de cultiver les plantes qu'ils utilisaient pour se nourrir et se guérir. Vous pourrez y faire provision de crèmes et de mixtures aux multiples bienfaits. Si vous avez cumulé les coups de soleil pendant votre séjour, passez plutôt par la plantation d'aloès CURALOE (curaloe.com), où l'on produit un gel concentré qui fait des miracles!

 

 

10. Simplifiez-vous la vie

Depuis janvier 2015, AIR CANADA (aircanada.ca) opère pendant la haute saison des vols directs chaque jeudi entre Montréal et Curaçao, ce qui réduit la durée du voyage de moitié: seulement cinq heures et demie de vol! VACANCES AIR CANADA (vacancesaircanada.com) propose également des forfaits pour 14 hôtels (dont l'hôtel Avila et le Sonesta Kurá Hulanda Village & Spa).

Voyage: les vraies couleurs de Curaçao.
Voyage: les vraies couleurs de Curaçao.
Voyage: les vraies couleurs de Curaçao.
Voyage: les vraies couleurs de Curaçao.
Voyage: les vraies couleurs de Curaçao.
Voyage: les vraies couleurs de Curaçao.
Voyage: les vraies couleurs de Curaçao.
Voyage: les vraies couleurs de Curaçao.
Voyage: les vraies couleurs de Curaçao.
Voyage: les vraies couleurs de Curaçao.
Voyage: les vraies couleurs de Curaçao.
Voyage: les vraies couleurs de Curaçao.
Voyage: les vraies couleurs de Curaçao.
Voyage: les vraies couleurs de Curaçao.
Voyage: les vraies couleurs de Curaçao.
Voyage: les vraies couleurs de Curaçao.
Voyage: les vraies couleurs de Curaçao.
Voyage: les vraies couleurs de Curaçao.
Voyage: les vraies couleurs de Curaçao.
Voyage: les vraies couleurs de Curaçao.
Voyage: les vraies couleurs de Curaçao.
Voyage: les vraies couleurs de Curaçao.
Voyage: les vraies couleurs de Curaçao.

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #Evasion Voyage

Repost 0
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>