Cinq attraits à ne pas manquer au Nicaragua.

Publié le 25 Novembre 2015

 

 

Terre de lacs et de volcans, de selvas tropicales et de plages immenses – tantôt blanches, tantôt grises –, le Nicaragua est une véritable mosaïque et un condensé de paysages, d’histoire et d’émotions. Voici cinq attraits incontournables de ce pays.

 

 

Isla de Ometepe

 

Le Lago de Nicaragua constitue le cœur spirituel et historique de la région Pacifique du Nicaragua. Les peuples autochtones établis sur ses rives et dans ses îles, dont la principale est l’Isla de Ometepe, le nommèrent Cocibolca («douce mer»). Destination touristique qui connaît un essor continu, l’île d’Ometepe est constituée de deux volcans majestueux reliés par un isthme central étroit, dénommé Istmo Istían. Le volcan du nord, le Concepción (1 610 m), au cône presque parfait, montre fréquemment des signes d’activité. Plus vieux, le Maderas (1 395 m), au sud, est enturbanné d’une écharpe de forêt tropicale humide de toute beauté – qui a valu à l’île d’être classée réserve de la biosphère par l’UNESCO en 2010. Au-delà, fincas, plages et villages invitent à la découverte.

 

 

Reserva Natural Laguna de Apoyo

 

La Laguna de Apoyo, classée réserve naturelle, constitue le plus grand lac de cratère du Nicaragua (43 km2), avec un diamètre de 6 km et une profondeur maximale estimée à 176 m. Ceint par endroits de hautes parois, ce lac aurait été formé il y a plusieurs milliers d’années lors d’une gigantesque explosion. Ses eaux limpides et tièdes (27 °C), réputées thérapeutiques grâce à leur haute teneur en minéraux, invitent à nager et à pratiquer des sports nautiques, notamment la voile et le kayak. Plusieurs hôtels et auberges nichés sur le bord du lac, dans une belle végétation, sont propices à la détente.

 

 

Granada

 

Granada est en général le point d’orgue de la découverte du Nicaragua. Superbement restaurée et assez petite pour être parcourue à pied, cette ville coloniale possède une riche histoire. Surnommée la Gran Sultana (la Grande Impératrice) par un journaliste espagnol en 1882, elle exsude une élégance certaine et un charme qui incite au romantisme. Très touristique, elle n’en est pas pour autant devenue une ville-musée et enchante par son animation constante. Vous y trouverez tout à la fois les meilleurs musées et les meilleurs restaurants du pays, certains de ses plus charmants hôtels, sans compter que la présence du Lago de Nicaragua permet d’envisager toutes sortes d’activités.

Malgré la petite taille du pays, chaque région a une identité définie et abrite des modes de vie différents, influencés ici par la montagne, là par l’océan, là encore par les terres basses et humides de la côte caraïbe.

Las Isletas

 

Aucune visite de la ville de Granada ne serait complète sans une excursion aux Isletas, ce minuscule archipel de 360 îlots vert émeraude formés à la faveur d’une éruption du volcan Mombacho. On peut explorer la zone à partir de deux lieux distincts, de part et d’autre de la péninsule d’Asese. Cette zone s’impose comme un véritable paradis pour les amoureux des oiseaux qui, outre les hérons, les aigrettes, les canards et les cormorans, y observeront de rares balbuzards pêcheurs et des cassiques (oropendolas) jaunes, de la taille d’un gros merle. Certaines de ces îles luxuriantes ne font que quelques mètres de diamètre, alors que d’autres s’enorgueillissent de maisons luxueuses et même d’hôtels. L’endroit est tout indiqué pour rêver de ce que pourrait être la vie dans son propre paradis tropical…

 

Reserva Natural Volcán Mombacho

 

 

Une excursion fort intéressante dans les environs de Granada consiste à explorer la Reserva Natural Volcán Mombacho. Cette réserve est la première du genre à avoir été créée au pays par une fondation privée sans but lucratif. Haut de 1 344 m, le volcan Mombacho est ponctué de quatre cratères, tandis que ses pentes se couvrent de la plus grande forêt humide de montagne du côté Pacifique. Il recèle une incroyable diversité faunique et végétale, notamment des broméliacées et plus de
90 espèces d’orchidées, sans oublier, près du sommet, une zone de forêt naine, née de la force constante des vents sur ces hauteurs. Des sentiers ont été tracés autour du cratère central, et un chemin secondaire permet d’accéder aux évents qui laissent échapper des fumerolles – signe que le volcan est bel et bien encore actif. Et ne manquez surtout pas le tunnel sur le sentier El Cráter!

 

 

 

 

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #Voyage

Repost 0
Commenter cet article

Ray 27/11/2015 12:40

Bonjour,
Le Nicaragua est l’une de mes escales pour 2016. Merci beaucoup pour ces magnifiques clichés.

Régis Baillargeon 30/11/2015 21:33

Sa me fait un grand plaisir.

Régis Baillargeon 30/11/2015 21:32

Sa me fait un grand plaisir. J'espère recevoir d'autre com de vous. Continuer à me visitez.