À la découverte du tibet

Publié le 24 Février 2016

 

 

 

Solidement installés sur un plateau d'une altitude de 4 900 mètres au nord de la chaîne montagneuse de l'Himalaya, les Tibétains entretiennent un patrimoine culturel millénaire. Dans cette région de l'Ouest de la Chine, l'architecture typique des bâtiments et les paysages montagneux ne se retrouvent nulle part ailleurs.

Du pied du Mont Everest jusqu'à Lhassa - la capitale de la région - et le Palais de Potala où réside le Dalaï-lama, le Tibet offre un panorama d'images éblouissantes.

 

 

 

 

Le Tibet (tibétain བོད་, Wylie : Bod, chinois : 藏區 ; pinyin : Cángqū) est une région de plateau située au nord de l'Himalaya en Asie, habitée traditionnellement par les Tibétains ainsi que d'autre groupes ethniques tels que les Monbas, Qiang et Lhobas, et incluant aujourd'hui également une population significative de Hans et de Huis. Le Tibet est le plateau habité le plus élevé de la planète, avec une altitude moyenne de 4 900 m.

Sous l'appellation « Tibet historique » (terme équivoque), cette aire, revendiquée par le gouvernement tibétain en exil, est composée de trois régions traditionnelles : l'Ü-Tsang (dont la plus grande partie du territoire est comprise dans la Région autonome du Tibet), l'Amdo (éclaté entre les provinces du Qinghai, du Gansu et du Sichuan) et le Kham (dont le territoire est partagé entre les provinces du Sichuan et du Yunnan et la région autonome du Tibet)2.

Au recensement de 2000, le nombre de Tibétains dans l'ensemble de ces régions était de 5 020 000, selon le bureau des statistiques de la Chine, et d'environ 6 millions selon le gouvernement tibétain en exil à Dharamsala (Inde). Quelque 150 000 Tibétains vivent actuellement en exil, principalement en Inde, principalement à la suite de l'exode tibétain de 1959.

 

 

 

La superficie du Tibet varie de 1 221 600 km2 pour la Région autonome du Tibet (qui correspond à peu près au territoire tibétain qui échappa au contrôle de la Chine entre 1912 et 1950, mais est plus réduite que celle du territoire administré par les dalaï-lamas sous la dynastie Qing) à 2 500 000 km2 pour le « Tibet historique »ou « Grand Tibet » La capitale historique qui, traditionnellement, concentre l'autorité religieuse et temporelle du Tibet, est Lhassa.

Tibet est parfois orthographié « Thibet », notamment dans les récits de l'exploratrice et orientaliste Alexandra David-Néel et ceux du missionnaire catholique Nicolas Krick. Les Tibétains parlent un des trois dialectes du tibétain, une langue de la famille tibéto-birmane, et sont majoritairement bouddhistes, pratiquant plus précisément le bouddhisme vajrayâna.

 

 

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #Decouverte

Repost 0
Commenter cet article