Chaleureuse Barbade.

Publié le 16 Mars 2016

 

Située presque tout au bout des Antilles, la Barbade est une destination particulièrement accueillante où la nature et l'histoire sont au rendez-vous.

C'est du côté centre-est, à Bathsheba, que nous entamons notre voyage et nous passons quelques jours à Sea-U Guesthouse. La propriétaire d'origine allemande, Uschi Wetzels, était journaliste voyage lorsqu'elle a mis les pieds pour la première fois à la Barbade. Elle avait été mandatée pour écrire le guide Marco Polo à propos de l'île. Elle a décidé d'y rester et de bâtir son auberge de rêve, dans une maison de bois typiquement «bajan».

En opération depuis 17 ans déjà, l'établissement ne donne pas sur une plage de sable fin, comme il y en a partout sur l'île, mais nous y entendons très bien les vagues, qui frappent de plein fouet les rochers situés un peu plus bas. De quoi nous faire prendre le rythme des Caraïbes en moins de deux.

 

De là, il est facile d'aller vers le nord en voiture. En fait, il est facile se déplacer partout, vu la taille de l'île. La Barbade fait à peine 430 km2 , mais elle compte près de 300 000 habitants, soit l'un des pays les plus densément peuplés au monde.

 

 

 

 

En pleine nature

 

Au nord se trouve la Wildlife Reserve, un projet du Centre de recherche sur les primates barbadiens, dirigé par le primatologue canadien Jean Baulu. En plus des singes verts, des tortues terrestres, des daguets (dans la famille des cervidés), il y a aussi de majestueux paons qui se promènent dans la réserve.

Tout juste à côté se trouve le Grenade Hall and Signal Station, l'endroit où a été inventé le premier système de signaux, avant même l'arrivée du téléphone en 1876. Par le biais de divers drapeaux, aux couleurs et formes différentes, hissés les uns au-dessus des autres, les gens pouvaient s'envoyer des messages aux quatre coins de l'île. Du haut de la tour du site, on a une vue magnifique et un bon aperçu de la pointe nord-est de la Barbade.

Nous roulons ensuite un peu plus au nord pour nous rendre à la caverne Animal Flower. Alors que les plages bordent la majeure partie de l'île, la pointe nord se trouve à flanc de rochers. Les vagues s'y fracassent avec une telle puissance qu'elles ont creusé une caverne à même un des rochers. Quand l'eau ne la remplit pas, comme c'était le cas lors de notre passage, il est possible d'y entrer et de se rafraîchir dans un bassin tout en observant la vue impressionnante sur la mer.

 

 

 

 

Dans la jungle urbaine

 

Pour la deuxième partie de notre séjour, nous nous déplaçons vers la capitale, Bridgetown, au sud-ouest de la Barbade. Si les complexes hôteliers très haut de gamme ont la cote ici, il existe quelques options à prix plus modique, comme l'hôtel Accra Beach, à 10 minutes en voiture du centre-ville. À noter toutefois qu'aucun repas n'est inclus et que les restaurants de l'hôtel sont plutôt dispendieux, tout comme le coût de la vie en général ici. Au restaurant d'inspiration asiatique Pacifika, par exemple, il faut débourser 15 $ pour une soupe miso et 45 $ pour quatre ou cinq pétoncles accompagnés de quelques légumes. Le riz est en sus.

Les prix souvent exorbitants sur l'île s'expliquent par le fait que la plupart des denrées sont importées, puisque la majorité des terres sert à faire pousser de la canne à sucre ou a été convertie en hôtel ou en terrain de golf. Heureusement, il y a des adresses misant sur les produits locaux et plus abordables, comme le fameux marché aux poissons à Oistins.

Nous profitons du week-end pour nous y rendre. La musique caribéenne est dans le tapis et retentit de partout. Les nombreux barbecues extérieurs dégagent des flammes au moment où les cuisiniers déposent les filets de mahi mahi, de vivaneau, d'espadon et de thon marinés sur les grilles. Les passants, autant touristes que Barbadiens, s'attablent et s'entassent sur de grandes tables communes. Les accompagnements sont simples et typiques: patates douces, plantains, riz et pois, salade de chou. À environ 25 $ par personne, incluant une bière Banks, c'est possiblement un des repas avec le meilleur rapport qualité/prix de notre semaine.

Puis, nous terminons notre week-end en beauté à bord du sous-marin Atlantis, qui offre des excursions sous l'eau - jusqu'à 150 pi eds de profondeur - depuis 28 ans. L'aventure commence par la visite d'une épave de bateau. Quand le sous-marin se met à piquer du nez, que les pieds de profondeur s'accumulent au compteur, que nous ne voyons absolument plus la surface, on ressent une petite pointe d'angoisse. Claustrophobes s'abstenir! Nous remontons tranquillement d'une centaine de pieds pour nous approcher de coraux d'une élégance à faire verser une larme. Les poissons multicolores nagent en banc, en symbiose ou en solo. C'est l'expérience parfaite pour qui n'a pas envie de se mettre à la plongée sous-marine, mais qui est tout de même fasciné par la faune et la flore sous-marine.

 

 

 

À l'origine du rhum

 

 

Impossible de venir à la Barbade sans déguster leur rhum, comme partout dans les Antilles. C'est en 1703 que la Barbade a mis le rhum sur la «carte». Les planteurs anglais, qui faisaient travailler leurs esclaves sans répit pour produire du sucre et encore plus de sucre - le pétrole du 18e siècle -, ont réalisé qu'ils pouvaient récupérer la mélasse pour en faire de l'alcool. Au cours du processus de transformation de la canne à sucre, la mélasse a longtemps été considérée comme étant un déchet. Un jour, par hasard, la mélasse a fermenté et s'est transformée en un alcool puissant, jadis appelé «kill devil».

Le rhum Mount Gay, le tout premier, a été nommé en l'honneur de Sir John Gay, un avocat et visage politique connu à la Barbade. Il s'est assuré de perfectionner l'art de faire du rhum. D'ailleurs, la distillerie d'origine est toujours fonctionnelle et située dans la paroisse de Sainte-Lucie, au nord de l'île. La boutique de dégustation, elle, est à une dizaine de minutes au nord du centre-ville de Bridgetown.

S'il y a régulièrement des vols au rabais pour se rendre à la Barbade, elle demeure tout de même l'une des destinations les plus dispendieuses des Caraïbes. Une chose est sûre, l'indéniable charme des Barbadiens vaut certainement le détour.

***

 

 

 

Carnet d'adresses:

Sea-U Guesthouse: www.seaubarbados.com
Hôtel Accra Beach: www.accrabeachhotel.com
Sous-marin Atlantis: barbados.atlantissubmarines.com
Infos touristiques: www.visitbarbados.org

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #Decouverte

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article