Balade dans le Marais à Paris.

Publié le 16 Mai 2016

 

Le Marais accueillait la fine fleur de l’aristocratie avant que Louis XIV la convoque à Versailles. Aujourd’hui, il reste le cœur de la vie nocturne homosexuelle à Paris, avec ses nombreux bars et boîtes de nuit. Voici donc une petite balade dans le Marais, avec quelques arrêts dans certains de ses lieux les plus emblématiques.

 

 

Place des Vosges
4e arr., Métro Saint-Paul ou Bastille

 

 

En 1604, Henri IV décide qu’une future place Royale sera édifiée sur l’emplacement des ruines de l’hôtel des Tournelles, où était mort Henri II lors d’un tournoi de chevalerie quelques années plus tôt. Le roi fixe alors les plans de la place et impose des règles architecturales strictes. Quatre cents ans plus tard, il est étonnant de constater que l’unité des façades de la place a été préservée. Il s’agit selon beaucoup d’une des plus belles places de Paris. Souvent, des musiciens s’installent sous les arches pour de petits concerts publics.

 

 

 

 

 

Maison de Victor Hugo
6, place des Vosges, 4e arr., Métro Saint-Paul ou Bastille

 

 

www.maisonsvictorhugo.paris.fr
Victor Hugo vécut 16 ans dans cet immeuble de la place des Vosges. Un musée qui lui est consacré y est aujourd’hui installé. Son œuvre y est évoquée au moyen d’objets de la vie quotidienne, d’écrits et de dessins du grand auteur.

 

Musée Picasso
5, rue de Thorigny, 3e arr.

 

 

www.museepicassoparis.fr
Rouvert en 2014 après avoir subi d’importants travaux de restauration, le Musée Picasso retrace l’évolution de l’œuvre de l’artiste au fil des différentes périodes de sa création. Il expose aussi la collection personnelle de Picasso, composée de grands maîtres : Matisse,
Rembrandt…

Centre national d’art et de culture Georges Pompidou
Centre Georges Pompidou in Paris

 

 

 

Place Georges Pompidou, Métro Rambuteau, Hôtel de Ville ou Châtelet
www.centrepompidou.fr
Le Centre national d’art et de culture Georges Pompidou, souvent appelé «Centre Pompidou» ou «Beaubourg», fut construit sur un ancien îlot insalubre entièrement démoli dans les années 1930. Le président Georges Pompidou décida d’y installer un centre culturel dédié à l’art contemporain. Principal musée parisien consacré à l’art du XXe siècle, il possède une des plus grandes collections d’art contemporain au monde, et c’est aussi un des musées les plus visités de France. On y trouve également une immense bibliothèque. Enfin, son dernier étage offre une vue magnifique sur la ville et abrite un restaurant.

 

 

 

 

Hôtel de Ville

VACANCES hotel de ville paris_c100

Place de l’Hôtel de Ville, 4e arr., Paris, Métro Hôtel de Ville
La place de l’Hôtel de Ville, appelée «place de Grève» jusqu’en 1803, est le siège du pouvoir municipal parisien depuis le XIVe siècle. Le bâtiment qui abritait les services municipaux fut incendié durant la Commune de Paris en 1871 et dut être entièrement démoli. L’édifice actuel s’inspire très largement de sa façade Renaissance.

 

 

 

 

Où manger?

 

 

 

Café suédois
mar-dim 12 h à 18 h; 11, rue Payenne
www.paris.si.se/infospratiques/cafe-suedois-3
Dans l’hôtel particulier qui abrite l’Institut suédois se niche un petit café qui offre un véritable havre de paix. On peut y prendre un petit repas d’inspiration suédoise. Le pain est fait sur place, le saumon mariné est délicieux, et les pâtisseries sont toujours appétissantes.

Breizh Café
mer-dim 11 h 30 à 23 h; 109, rue Vieille du Temple
www.breizhcafe.com
Selon certains, il s’agirait tout simplement de la meilleure crêperie de Paris. Une chose est sûre, les galettes sont délicieuses, et le cidre est sélectionné avec soin. L’endroit est souvent bondé, la réservation est conseillée.

 

 

 

Où dormir?

Hôtel Jules et Jim
11, rue des Gravilliers
www.hoteljulesetjim.com
Béton brut dans les chambres, mur végétal dans le patio et mobilier contemporain dernier cri, tout y est.

Grand Hôtel Malher
5, rue Malher
www.grandhotelmalher.com
Récemment rénové, le Grand Hôtel Malher compte 28 belles chambres.

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #Voyage

Repost 0
Commenter cet article