Costa Rica: à la découverte du parc Manuel Antonio.

Publié le 26 Septembre 2016

 

Le Parque Nacional Manuel Antonio regorge de beautés naturelles où se mêlent forêts tropicales sèche et humide, forêts primaire et secondaire, lagunes... Il peut sembler petit à première vue, avec une superficie terrestre de 20 km², mais son territoire maritime couvre 550 km². C'est également le parc le plus fréquenté de tout le pays. Il abrite un petit réseau de sentiers pédestres, d'environ 5 km au total, permettant de visiter aisément tous ses attraits naturels, à savoir quatre magnifiques plages, de jolies pointes qui s'avancent dans la mer ainsi qu'une riche forêt grouillante de vie.

 

 

 

 

Les singes

Le singe-écureuil, que les Costariciens appellent mono tití, est le plus petit singe des quatre espèces que compte le Costa Rica, mais surtout il est le plus rare de tous. Le Parque Nacional Manuel Antonio en abrite quelques familles. Au demeurant, si l'on a peu de chance de surprendre un singe-écureuil, on est presque assuré de pouvoir y observer des capucins à face blanche ou d'entendre les cris puissants des singes hurleurs, qui, du reste, sont beaucoup plus petits que ce à quoi l'on s'attend.

 

 

 

 

 

Playa Espadilla

Pour se rendre au parc, il faut d'abord franchir l'embouchure du ruisseau Camaronera, situé au sud du village de Manuel Antonio. À cette hauteur, vous êtes près de Playa Espadilla, qui est appelée par la majorité des gens de la région «la première plage».

 

 

 

 

Playa Espadilla Sur

Le sentier suit, en parallèle, la deuxième plage, Playa Espadilla Sur, qui mène à une petite baie. Cette plage de 800 m de longueur est peu recommandable pour la baignade à cause des vagues qui y sont particulièrement fortes. Au bout de la plage se dresse une formation géologique unique au monde, soit le tombolo de Punta Catedral.

 

 

 

 

Tombolo de Punta Catedral

Le tombolo constitue une bande de terre qui s'est peu à peu formée, au cours des millénaires, entre ce qu'était l'île Catedral et le continent. On doit cette formation spectaculaire à une levée de sable sur laquelle la végétation s'est propagée, pour devenir une véritable route naturelle composée d'herbes et d'arbres.

Les chercheurs estiment à environ 100 000 ans le temps qu'il a fallu à cette formation pour créer l'un des plus beaux phénomènes géomorphologiques du genre sur la planète. Comptez environ 1 h pour faire le tour de Punta Catedral, soit un parcours de 1,5 km. Vous y remarquerez des arbres majestueux, parmi les plus vieux du parc, et bénéficierez d'un superbe point de vue sur l'océan Pacifique.

 

 

 

 

 

Playa Manuel Antonio

Tout près de Punta Catedral s'étend la troisième plage, nommée Playa Manuel Antonio. Cette plage est la plus populaire du parc, car on y trouve un beau sable blanc, et vous pourrez vous y baigner en toute quiétude. L'endroit est également reconnu pour être un lieu propice à la plongée-tuba, notamment pendant la saison sèche (décembre à avril), alors que l'eau y est d'une incroyable limpidité.

Vous y admirerez diverses espèces de coraux, d'algues, d'éponges, de crustacés, ou encore plusieurs poissons colorés parmi les nombreuses espèces qui fréquentent les environs. La plage Manuel Antonio aurait servi, il y a environ 1 000 ans, de lieu de chasse aux autochtones qui vivaient près de là. Ils auraient aligné une série de pierres en demi-cercle, pour empêcher les tortues de retourner à la mer à marée basse. Lorsque la marée est à son plus bas niveau, il est possible d'apercevoir ces trappes à tortues à l'extrémité ouest de la plage.

 

 

 

 

 

Playa Escondido

Plus à l'est, Playa Escondido (la quatrième plage) est moins visitée et plus tranquille que les autres plages, car en partie recouverte d'eau lorsque la marée est haute. Non loin, un sentier grimpe jusqu'à un point de vue d'où vous pourrez admirer Punta Serrucho, qui s'avance allègrement dans la mer.

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #Evasion Voyage

Repost 0
Commenter cet article