Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Publié le 26 Avril 2017

Le printemps est synonyme de bourgeons, de soleil… et de longs week-ends! À environ huit heures de voiture de Montréal,
 Philadelphie est la destination idéale pour profiter du retour du beau temps et d’une journée de congé supplémentaire.
 En route vers un séjour d’histoire, de magasinage et de découvertes dans la cinquième ville des États-Unis pour sa population,
 berceau de la révolution américaine, du Philly cheesesteak et de Rocky.

 

De la révolution à la Constitution

Les férus d’histoire trouveront assurément leur compte à Philadelphie. Les musées et sites historiques relatant la quête américaine vers l’indépendance abondent. On peut aisément visiter les principales attractions, à distance
de marche les unes des autres, en une seule journée et s’imprégner de l’histoire de la ville gratuitement ou à peu de frais.

 

Parc national historique de l’Indépendance
On trouve ici la plus importante concentration historique aux États-Unis. Dans le décor 
d’origine du Independance Hall ou en prenant un égoportrait devant la fameuse Liberty Bell (avec des dizaines d’autres visiteurs), on suit 
les traces de Benjamin Franklin et de 
George Washington vers la déclaration 
d’Indépendance.

 

Centre national de la Constitution
Pour avoir une bonne dose de patriotisme à la sauce de l’oncle Sam, on se dirige vers ce musée consacré à la Constitution américaine d’hier à aujourd’hui. On assiste absolument à Freedom Rising, une présentation multimédia de 17 minutes dans une salle à 360°, narrée par un acteur qui livre un puissant discours capable d’éveiller la fibre patriotique du moins américain des touristes. L’exposition du musée, très interactive avec de nombreux jeux et mises en situation, est parfaite pour les enfants.

 

Musée national de l’histoire juive américaine
Afin d’observer l’histoire américaine sous un autre angle, on se rend à ce musée de l’histoire juive. L’architecture extérieure et intérieure de ce musée vaut à elle seule le déplacement. On y suit les trois grandes vagues d’immigration juive aux États-Unis à l’aide de milliers 
d’artéfacts et de jeux interactifs.

 

 

 

Journée de magasinage

Impossible de sillonner les rues de Philadelphie sans éprouver l’envie de se livrer à une petite séance de lèche-vitrines. Parmi les grands magasins et les boutiques d’artisans locaux, voici les meilleurs endroits pour réchauffer sa carte de crédit par un bel après-midi printanier.

 

 

2e et 3e rues
Au cœur de la Vieille-Philadelphie se trouvent de nombreuses boutiques de designers et d’artisans. Dans cette petite communauté axée sur l’achat local, on s’arrête au Philadelphia Independents pour dénicher des cadeaux originaux à l’image de la ville créés par des artistes. On flâne également chez Vagabond, où les vêtements féminins griffés modernes côtoient le vintage et où on propose de nombreux accessoires.

 

Rues Walnut et Chestnut
On trouve dans ces deux rues la crème des boutiques 
et des restaurants branchés. Après avoir magasiné une partie de la journée, on s’y arrête à l’heure de l’apéro pour déguster un plateau d’huîtres ou boire un cocktail.

 

Rue South
Avenue effervescente fréquentée autant par les familles que par les artistes, on y découvre un heureux mélange de styles et de cultures. On entre dans les deux jolies boutiques de Ps & Qs pour trouver des vêtements, des souliers et des accessoires de marques tendance.

 

 

 

Admirer la ville

Culture, architecture, histoire : Philadelphie se laisse découvrir de bien des façons. On prend au moins une journée ou deux pour visiter les nombreux attraits de la ville.

 

Quartier historique
Du fleuve Delaware jusqu’à la 7e Rue et de la rue Vine à la rue Lombard, ce quartier rassemble tous les musées et sites historiques. On admire la magnifique architecture coloniale qui le définit et on se dirige vers Elfreth’s Alley, la plus vieille rue habitée des États-Unis, figée au XVIIIe siècle.

 

 

Murales de la ville
Philadelphie dispose du plus vaste programme d’art public aux États-Unis, grâce auquel de 50 à 100 projets sont appuyés chaque année. En marchant dans la ville, on découvre des fresques un peu partout sur les murs. À admirer de soi-même ou en visite guidée.

 

 

Magic Gardens
Pour vivre une expérience étonnante, on visite ce musée situé dans un immeuble résidentiel qui propose un environnement tout droit sorti d’un rêve. Les murs sont couverts de mosaïques, de verre et d’objets recyclés. On peut même contempler cette œuvre visionnaire sur les murs et les ruelles des environs.

 

 

Musée d’art de Philadelphie
Avec sa collection de renommée mondiale, ce musée qui couvre plusieurs époques et genres est un incontournable. On y admire autant des œuvres impressionnistes que des productions d’art moderne. Et, bien sûr, on ne manque pas, comme des milliers de touristes, de gravir ses célèbres escaliers en brandissant les bras comme Rocky.

 

 

 

Sur le pouce

Entre une promenade en ville, une virée de magasinage 
et une visite au musée, on n’a pas le temps de s’attabler pendant plusieurs heures si on veut profiter au maximum de Philadelphie. Voici quelques bonnes adresses pour casser la croûte rapidement.

 

Campo’s
Ce serait presque un sacrilège de faire un séjour à Philadelphie sans engouffrer un emblématique Philly cheesesteak. Constitué d’un petit pain à sous-marin garni de bœuf tranché mélangé à du fromage fondu, il est servi avec ou sans oignons frits et, pour les plus grands gourmets, avec un extra Cheez Whiz ! Pour manger ce plat typique, on se rend chez Campo’s, où on le prépare depuis 1947.

 

Tartes
On dirait cette pâtisserie tout droit sortie d’un conte de fées. Sur la rue Arch, en face du populaire site historique de la maison de Betsy Ross, se trouve ce minuscule bâtiment tout en rose. On admire dans sa vitrine une variété de tartelettes, de petits gâteaux et de brownies à faire saliver. On commande au comptoir, à même le trottoir, un délicieux carré au citron.

 

Reading Terminal Market
Dans cet immense marché intérieur, on trouve tout ce qu’il faut de produits frais pour se préparer un bon repas, mais on déambule aussi dans les allées pour essayer un des nombreux comptoirs de restauration. On choisit le Fox and Son pour son fromage en grains frit à se jeter par terre, la 12th St. Cantina pour ses burritos généreux et dégoulinants et le Beck’s Cajun Cafe pour ses savoureux jambalayas et ses gumbos bien relevés.
Ce voyage a été organisé par l’agence de Voyages Gendron, 
qui a aussi pris à sa charge tous les frais du séjour.

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #Voyage

Repost 0

Publié le 24 Avril 2017

Les inconditionnels de Cape Cod et des iles de Nantucket et de Martha's Vineyard composent une importante et enthousiaste clientèle d'habitués.

Ces vacanciers y reviennent chaque année pour les plages sauvages du National Seashore, à Cape Cod, et celles protégées par le Trustees of Reservations dans les iles. Ces plages uniques n'ont pas leurs pareilles en Nouvelle- Angleterre, et même sur toute la côte est des États-Unis.

Les cyclistes aiment pouvoir pédaler pendant des kilomètres sur des pistes bien entretenues qui sillonnent de beaux paysages de foret ou longent la mer. Les épicuriens apprécient l'ambiance à la fois décontractée et civilisée de l'endroit. Si les plages et les paysages sont sauvages, on trouve dans les villes et villages un art de vivre exceptionnel : produits frais, bons vins, épiceries fines, cafés typiques, restaurants gastronomiques, petits bistros et baraques à fruits de mer.

Les familles ont aussi l'embarras du choix pour animer la marmaille, beau temps mauvais temps. Voici une liste d'attraits à Cape Cod pour faire le plaisir des petits et des grands.

 

 

LES FAVORIS DES ENFANTS

 

La Water Street de Sandwich compte plusieurs sites historiques qui sauront plaire aux plus érudits, mais également aux enfants qui y trouveront matière a s'amuser tout en apprenant. Le Dexter's Grist Mill, par exemple, est un charmant moulin qui date du XVIIe siècle et dont la roue en mouvement impressionne toujours les enfants.

 

 

 

 

 

 

 

 

A Hyannis, les jeunes gourmands et curieux apprécieront la visite de la compagnie Cape Cod Potato Chips pour se familiariser avec les étapes de la confection des croustilles et surtout pour en déguster des toutes fraiches... Veteran's Beach, avec ses aires de jeux et ses tables de pique-nique, est une bonne plage pour se détendre en famille.

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Cape Cod Museum of Natural History de Brewster invite les petits et les grands à différentes expositions interactives et organise plusieurs activités liées a la compréhension de la nature. Ce musée est le point de départ de quelques sentiers qui traversent une grande variété d'habitats. Le petit North Trail (0,4 km) convient parfaitement aux enfants en bas âge.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une sortie en mer pour l'observation des baleines avec guides-naturalistes saura fasciner les jeunes océanographes en herbe. Les entreprises qui proposent ce genre d'excursion sont légion a Cape Cod et dans les iles, mais Provincetown demeure probablement le meilleur endroit.

 

 

 

 

 

 

 

 

     

    Il y a aussi, bien sur, le vélo sur les petites pistes tranquilles comme le Cape Cod Rail Trail, le golf miniature, notamment l'Arnold Adventure Golf (www.arnoldsrestaurant.com/mini-golf), et les matchs de baseball gratuits de la Cape Cod Baseball League (www.capecodbaseball.org) à Chatham, Hyannis, Brewster et ailleurs.

     

     

     

     

     

    Les band concerts, ces concerts de fanfares dans les parcs, sont aussi des incontournables du paysage estival de Cape Cod. Du dimanche au vendredi, il y a toujours un concert gratuit dans un parc, au milieu d'un parterre parsemé de couvertures et de chaises de plage. Celui de Chatham (www.chathamband.com) est particulièrement amusant. Les concerts du Chatham Band, qui existe depuis 1931, se déroulent dans une atmosphère bon enfant. Les musiciens sont vêtus de vestes rouges aux boutons dores, il y a des ballons, les enfants s'amusent. Une belle fête familiale, quoi! Il faut arriver tôt pour s'assurer une place de stationnement. Attention toutefois à l'embouteillage qui survient inévitablement a la fin du concert...

     

     

    ZUT, IL PLEUT!

    Qu'à cela ne tienne! C'est le temps daller visiter les musées, de fréquenter les bibliothèques publiques, notamment celle de Truro (www.trurolibrary.org) avec son charmant coin pour enfants, ou encore d'aller au cinéma ou de jouer aux quilles!

    CAPE COD, NANTUCKET, MARTHA'S VINEYARD
     
    Cape Cod: destination familiale idéale
    Cape Cod: destination familiale idéale
    Cape Cod: destination familiale idéale
    Cape Cod: destination familiale idéale
    Cape Cod: destination familiale idéale
    Cape Cod: destination familiale idéale

    Voir les commentaires

    Rédigé par Régis Baillargeon

    Publié dans #Evasion Voyage

    Repost 0

    Publié le 19 Avril 2017

     

    Quand les longues journées chaudes et ensoleillées reviennent, il est difficile de trouver une meilleure destination-vacances que le Québec. Et si plusieurs coins de la province méritent d’être explorés, avouons que Charlevoix offre certains des paysages les plus grandioses et des villages les plus pittoresques.

     

    Ce n’est pas pour rien que l’UNESCO a reconnu la région comme «Réserve de biosphère» et qu’on y attire chaque saison des visiteurs des quatre coins de la planète. 

    Que ce soit pour la première fois ou pour redécouvrir les charmes inouïs de ces lieux en bordure du Saint-Laurent, voici quelques incontournables lors de votre prochaine visite. 

    Allez, sautez dans le prochain autocar en direction de Charlevoix!

    BAIE-ST-PAUL

    Saviez-vous que c’était le lieu de naissance du fameux Cirque du Soleil? Malgré sa relativement petite population de 7 000 habitants, les rues de Baie-St-Paul n’ont rien à envier aux artères des plus grandes villes en matière d'attractions. Sa population a toujours su faire preuve d'un grand dynamisme et de créativité.

    La ville est un véritable centre culturel avec ses nombreuses galeries d’art et petits bijoux de gastronomie.

    Et que dire de la plage... 

     

     

    LE CENTRE DE L’ÉMEU DE CHARLEVOIX

    Faites la connaissance de cette espèce exotique originaire de l’Australie qui tient la 2e place sur le palmarès des plus grands oiseaux au monde, tout juste derrière l’autruche.

    Profitez-en pour déguster sa savoureuse viande et découvrir la gamme de produits à base d’huile d’émeu.

     


    LE TRAIN DE CHARLEVOIX

    Ce trajet de 140 km est entièrement destiné à des fins touristiques et permet de découvrir la région sous des angles d’une beauté à couper le souffle.


    LES BALEINES

    La réputation du magnifique spectacle qu’offrent ces gigantesques mammifères marins n’est plus à faire. Évidemment, c’est Tadoussac sur la Côte-Nord qu’on associe souvent à cette activité, mais plusieurs excursions aux baleines sont offertes à partir de Charlevoix. 

    MARTIN - FOTOLIA

    En fait, soyons honnêtes, un petit détour par Tadoussac en vaut amplement la peine.


     

    LE MANOIR RICHELIEU

    Située à La Malbaie, cette bâtisse aux allures de château offre une vue imprenable sur le Saint-Laurent. 

    Avec son terrain de golf, le casino et tous les services attendus d’un grand hôtel de calibre international, c’est un petit luxe relativement abordable qui peut faire un grand bien!

     

    La liste n’est évidemment pas complète, à vous d’explorer!


    Si vous avez envie de vous évader pendant quelques jours d’ici à septembre, Vacances Beltour propose des forfaits pour découvrir les lieux les plus enchanteurs de la région. Consultez leur site Web pour plus de détails sur leurs forfaits tout inclus!

    Voir les commentaires

    Rédigé par Régis Baillargeon

    Publié dans #Evasion Voyage

    Repost 0

    Publié le 18 Avril 2017

     

     

    Banlieue résidentielle, commerciale et industrielle, Laval a su préserver certaines richesses de son patrimoine
architectural ainsi que de grands espaces servant à l’agriculture ou aux activités de plein air.
Voici une idée d’escapade pour y passer quelques heures ou un week-end.

    Le Centre de la nature (901, av. du Parc, secteur de Saint-Vincent-de-Paul) est l’un des parcs urbains les plus prisés de la région. En plus de ses vastes et magnifiques jardins, il offre aux visiteurs un superbe lac artificiel, qui se prête bien au canot et au kayak en été, et au patin en hiver. Les nombreux sentiers de randonnée qui sillonnent le Centre de la nature sont accessibles toute l’année. Les enfants de cinq à huit ans peuvent s’y initier au ski alpin en toute sécurité. Le parc abrite une petite ferme, un coin pâturage, deux modules de jeux entourés d’aires de pique-nique, plusieurs pentes de glisse en hiver, un observatoire astronomique et une immense plaine gazonnée où se tiennent concerts, compétitions, festivals et expositions.

     

     

     

    Le Paradis des Orchidées (1280, montée Champagne, secteur de Sainte-Dorothée) mérite une visite. Cette serre impressionnante qui abrite quelque 800 variétés d’orchidées se double d’un centre d’interprétation.

     

     

    Le Cosmodôme (2150, autoroute 15, sortie boul. Saint-Martin O., secteur de Chomedey) est un superbe musée interactif consacré à l’espace. Les visiteurs y ont la chance de participer à des missions virtuelles palpitantes, d’approfondir leur connaissance de l’univers et d’observer des artefacts dans l’exposition permanente.

     

     

     

     

     

    Une bonne table

    Le Mitoyen (652, Place publique, secteur de Sainte-
Dorothée) offre une ambiance des plus chaleureuses et une cuisine divine. Les plats, issus des traditions culinaires françaises, mais concoctés à partir de produits du terroir québécois, sont préparés avec art. Une des très bonnes tables du Québec.

     

     

     

     

    Un endroit où manger 
sur le pouce
    Lieu idéal pour découvrir d’excellentes bières artisanales québécoises, Le Balthazar 
(195, promenade du Centropolis, secteur de Chomedey) propose un menu original de grignotines à partager, de tartares et de plats réconfortants, comme la poutine au canard confit.

     

     

     

     

    Un endroit où dormir
    Spacieuse demeure datant du début du XXe siècle, l’auberge Les Menus Plaisirs (244, boul. Sainte-Rose, secteur de Sainte-Rose) abrite quatre studios et quatre chambres luxueuses, chaque unité bénéficiant d’un bain thérapeutique.

     

     

     


    Texte tiré du guide Ulysse Le Québec

    Par le collectif d’auteurs Ulysse
    Disponible
 en version papier et en version numérique

    Voir les commentaires

    Rédigé par Régis Baillargeon

    Publié dans #Voyage

    Repost 0

    Publié le 12 Avril 2017

    SANTA BARBARA, Californie | Avec ses immeubles blancs aux toits orange, la chic Santa Barbara n’attire pas seulement les gens riches et célèbres. Les voyageurs aussi se laissent facilement charmer. Voici sept bonnes raisons de s’y arrêter.

     

     

    1. Profiter des plages et de la jetée

    Elle est jolie, Santa Barbara. Si vous voulez l’admirer ou la photographier, commencez par rouler jusqu’au bout de son quai historique, le Stearn Wharf. Construit en 1872, il est l’attraction numéro un de la ville et on y trouve des ­restos et des magasins de souvenirs où s’attarder. Sur place, vous pourrez contempler la vaste East Beach, principale plage de la ville, ainsi que les montagnes Santa Ynez qui lui servent de toile de fond. Optez ensuite pour une ­promenade sur le sable ou roulez quelques minutes de plus jusqu’aux autres plages du coin, comme la Butterfly Beach, ­populaire et plus sauvage, ou la plage Arroyo Grande, bordée de petites falaises.

     

     

    2. Se prendre pour une célébrité à Montecito

    Santa Barbara aime se présenter comme la «Riviera américaine» et ce n’est pas d’hier que les vedettes la chérissent. Dans les années 1920, beaucoup de films y ont été tournés et on dit que Charlie Chaplin était un habitué. De nos jours, c’est le secteur de Montecito qui attire les célébrités. À moins que vous soyez invité à prendre le thé chez Oprah Winfrey ou chez l’un de ses riches voisins, votre visite (tout de même sympathique) se limitera sans doute à ­admirer les jardins verdoyants ou à déambuler sur la rue commerçante Coast Village Road dans l’espoir d’apercevoir un visage connu.

     

     

    3. Faire des dégustations dans la Funk Zone

    Vous préférez les ambiances plus décontractées? Vous êtes amateurs de vins? La région de Santa Barbara compte plus de 200 vignobles et une trentaine d’entre eux ont ­ouvert des salles de dégustation en plein cœur de la ville. Un circuit ­appelé Urban Wine Trail a même été créé. Plusieurs des salles ­participantes sont situées dans la Funk Zone, un quartier branché autrefois industriel où l’on trouve maintenant des commerces, des galeries d’art et des ateliers d’artistes. Pour y déguster quelques crus, ­arrêtez-vous à The Valley Project, chez Pali Wine Company, ou consultez la carte du circuit pour d’autres adresses. Vous préférez le houblon? Le secteur des ­microbrasseries est également très ­vivant à Santa Barbara. Dans la Funk Zone, on vous suggère les bières en fût de la Figueroa ­Mountain Brewing Company.

     

     

    4. Se régaler chez Lucky Penny

    Comme toute bonne ville californienne, Santa Barbara a de quoi ­satisfaire les papilles. Que choisirez-vous? La terrasse fleurie du ­Paradise Café? Le minuscule Mony’s et ses tacos à 2 $? Le resto The Lark et ses plats inspirés des récoltes loca­les? À moins que vous ne vous rendiez au Lucky Penny, juste à côté du Lark. Les murs ­extérieurs de ce petit comptoir sont ­entièrement recouverts de «sous noirs» (lucky pennies) et on y sert de succulentes salades et pizzas au feu de bois. Il n’y a pas de tables à l’intérieur, on commande pour ­emporter ou on s’assoit à la ­terrasse.

     

     

    5. Visiter la Old Mission Santa Barbara

    Fondée en 1786 par les frères franciscains espagnols, la mission (demeure des missionnaires) de Santa Barbara est impressionnante et très belle avec ses tours, ses arches et sa longue façade blanche aux accents rosés. Celle qu’on surnomme «la reine des ­missions» est toujours habitée, mais il est possible de prendre part à une visite guidée ou autoguidée pour découvrir l’église, les jardins et le cimetière historique.

     

     

    6. Prendre l’air à El Capitan

    Pour profiter du côté nature de Santa Barbara, on met le cap sur El Capitan State Beach, zone protégée située à 25 minutes de voiture du centre-ville.

    Plages de sable ou de galets, courts sentiers bordés de chênes et de sycomores, brise du Pacifique... C’est un rendez-vous pour les ­surfeurs, les promeneurs, les ­pêcheurs et les campeurs. À l’extérieur du parc, de l’autre côté de la route, El Capitan Canyon propose des sites de «glamping» (camping glamour) en forêt, de même qu’un sympathique casse-croûte. Informez-vous toutefois avant d’aller camper de ce côté: des inondations en janvier dernier y ont causé ­certains dommages.

     

     

     

    7. Se reposer près de l’océan

    Les hôtels de luxe ne manquent pas à Santa Barbara, à commencer par le magnifique Four Seasons The Biltmore, à Montecito. Heureusement, des options plus «réalistes» existent aussi. Pour un séjour ­typiquement côtier, optez pour l’un des établissements installés en face de l’océan, non loin du quai. Par ­exemple, le West Beach Inn, que l’on pourrait qualifier de motel de luxe, est très accueillant avec ses murs blancs, ses toits de tuiles, ses chambres confortables, ses palmiers, sa piscine et son jacuzzi. La nuitée comprend petit-déjeuner continental et apéro, vins et fromages. À partir de 199 $ US en basse saison.

    7 bonnes raisons d’aller à Santa Barbara
    7 bonnes raisons d’aller à Santa Barbara
    7 bonnes raisons d’aller à Santa Barbara
    7 bonnes raisons d’aller à Santa Barbara
    7 bonnes raisons d’aller à Santa Barbara
    7 bonnes raisons d’aller à Santa Barbara
    7 bonnes raisons d’aller à Santa Barbara

    Voir les commentaires

    Rédigé par Régis Baillargeon

    Publié dans #Voyage

    Repost 0

    Publié le 5 Avril 2017

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Lorsqu’on achète son billet d’avion, un choix s’offre à nous. Opterons-nous pour la classe économique, la plus populaire parce que la moins chère, mais également la moins confortable, ou accepterons-nous de payer le double, voire le triple pour nous rendre à une même destination avec un meilleur confort et de meilleurs repas?

    Selon le comparateur de prix de vols, d’hôtels et de locations de voiture Jetcost, il existe cependant certaines astuces susceptibles d’obtenir de meilleurs sièges – s’ils sont libres, bien ­entendu. Voici les cinq trucs les plus ­courants.

     

     

    Élégance à bord !

    Se fondant sur le fait que la première impression joue un rôle fondamental, s’habiller comme les gens d’affaires augmenterait les possibilités de 70 %, tandis que shorts, jeans, basquets ou sandales les diminuent consi­dérablement. Quel­ques compagnies auraient même un code vestimentaire pour leurs clients ­business.

     

    Sourire et patience

     

     

     

     

    Osez demander

    N’hésitez jamais à demander un surclassement, idéalement au moment de l’enregistrement ou juste avant l’embarquement. Se faire dire non est inévitable, mais on ne sait jamais. Beaucoup de voyageurs croient qu’il est plus facile d’obtenir un surclassement sur des vols presque vides. Au contraire, s’il ne reste plus de place en classe économique et qu’il y a encore des demandes de réservations, les chances d’obtenir un surclassement sont plus élevées puisque cela permet à la compagnie aérienne de continuer à vendre des billets.

     

     

     

    Se proposer en cas de surbooking

    Parfois, le surbooking oblige les compagnies à placer quelques passagers sur d’autres vols. Dans ce cas, les employés demandent s’il y a des volontaires parmi les voyageurs.

    Si vous n’avez pas de contraintes horaires et que changer d’avion ne vous gêne pas, soyez le premier au comptoir. Il y a de fortes chances qu’on vous ­offre un vol en classe Affaires et parfois même une compensation finan­cière.

     

     

     

    Soyez fidèles

    N’oubliez pas que, pour les lignes aériennes, conserver leurs clients est crucial, d’où les cartes de fidélisation. Ces dernières ­permettent d’accumuler des points, mais également d’obtenir certains privilèges, dont le ­suclassement.

    Voir les commentaires

    Rédigé par Régis Baillargeon

    Publié dans #Conseil Voyage

    Repost 0

    Publié le 4 Avril 2017

     

     

    Boudés par les voyageurs depuis plusieurs années en raison de la situation géopolitique compliquée, la Tunisie et l'Égypte ont assisté au retour des touristes au cours de la saison hivernale, rapporte le bilan du Seto, syndicat des tours opérateurs ce jeudi 30 mars.

    D'après les chiffres des tours-opérateurs, l'Égypte a accueilli 15,2% de voyageurs supplémentaires entre le 1er novembre 2016 et le 28 février 2017. Le Seto évoque également un début de reprise pour la Tunisie avec un bond de 88,3% de touristes, qui ont choisi de revenir prendre des vacances à Djerba, Sidi Bou Saïd et autres passages obligés tunisiens. L'été prochain devrait confirmer le retour du Maghreb dans l'échiquier touristique. Les réservations présentent une hausse de 63% vers la Tunisie.

    Au début du mois, l'Office national du tourisme ONTT confirmait à l'occasion du salon du tourisme de Berlin ITB la même tendance. 231.336 visiteurs internationaux en janvier et 190.966 en février, soit des hausses respectives de 19,8% et 38% sur un an, ont été enregistrés en Tunisie.

    En 2016, le pays avait accueilli 4,52 millions de visiteurs, quand l'année précédente la Tunisie avait du faire face à une chute, à 4,2 millions de touristes. Cette année-là, plusieurs attentats avaient ciblé les lieux touristiques. Pour mémoire, le pays du jasmin pouvait se targuer par le passé d'être une destination touristique phare avec quelque six millions d'itinérants par an.

    Dans le bilan du Seto, la République Dominicaine s'impose en tête du top cinq des destinations long-courriers qui ont eu du succès cet hiver (+8,7%), devant l'île Maurice (-4,6%) et Cuba (+5,2%). A l'échelle des moyens-courriers, les Canaries tirent leur épingle du jeu (+13,2%), devant le Maroc (-1,9%) et l'Italie continentale (-17,3%). Cela veut dire que Tunisie et l'Égypte est de retour sur la Mapp des touristes. 

    Voir les commentaires

    Rédigé par Régis Baillargeon

    Publié dans #Voyage

    Repost 0

    Publié le 3 Avril 2017

     

     

    Collaboration spéciale Parc régional des Chutes-Monte-à-Peine-et-des-Dalles.

     

     

    Lanaudière possède un héritage architectural exceptionnel et maintient vivantes plusieurs traditions populaires héritées des temps anciens. Voici une idée d’escapade pour y passer un week-end.

     

     

    Trois attraits incontournables

     

     

    Le père Wilfrid Corbeil a fondé le Musée d’art de Joliette (145, rue du Père-Wilfrid-Corbeil, Joliette, http://www.museejoliette.org) à partir de la collection des clercs de Saint-Viateur, amassée au cours des années 1940. Cette institution de calibre international présente aujourd’hui une collection de près de 9 000 œuvres anciennes et contemporaines d’artistes du Québec, du Canada et d’un peu partout dans le monde. Plus important musée régional de la province, le Musée d’art de Joliette a récemment procédé à plusieurs travaux visant à moderniser et à réorganiser la mise en espace de ses expositions, avec notamment l’ajout d’une salle multimédia et d’une terrasse sur le toit.

     

    La rue Notre-Dame (route 138) recèle quelques attraits très intéressants, dont la surprenante Maison des contes et légendes de Lavaltrie (1251, rue Notre-Dame, Lavaltrie, http://www.maisondescontes.ca). Chaque pièce qu’abrite cette imposante demeure patrimoniale interpelle l’imaginaire des visiteurs qui pourront entre autres revivre la légende de la Chasse-Galerie en sculptures, ou encore visionner des témoignages d’authentiques Lanaudois. Derrière la maison, l’ancienne écurie abrite aujourd’hui le Café culturel de la Chasse-Galerie.

     

     

     

     

     

    Le parc des Chutes-Monte-à-Peine-et-des-Dalles (accessible par les routes 131, 337 et 343, http://www.parcdeschutes.com) compte plusieurs sentiers de randonnée (17 km) sur son site de plus de 300 hectares. Ils permettent entre autres de contempler trois belles chutes qui se sont formées dans la rivière L’Assomption.

     

     

     

     

     

    Une bonne table
    L’Auberge de la Montagne coupée (1000, ch. de la Montagne-Coupée, Saint-Jean-de-Matha, http://www.montagnecoupee.com), une adresse réputée pour le calme de son site, propose un étonnant menu de cuisine évolutive québécoise. Grâce à de hautes baies vitrées (sur deux niveaux), la salle à manger offre aux convives une vue à couper le souffle sur la nature environnante. Service attentionné. Belle carte des vins. Petits déjeuners très copieux. Sur réservation seulement.

     

     

     

     

     

     

    Un endroit où manger sur le pouce
    Au Plaisir des sens (1461, rue Principale, Saint-Côme), un petit café coloré avoisine une boutique d’artisanat québécois. Le menu santé est composé de sandwichs, de salades et de pizzas à croûte mince, le tout servi dans une belle salle à manger chaleureuse ou sur la terrasse arrière. Il est aussi agréable de s’y installer pour simplement savourer une sangria.

     

     

     

     

     

    Un endroit où dormir
    Les 20 chambres et les 2 chalets champêtres de l’Auberge du Vieux Moulin (200, ch. du Vieux-Moulin, Sainte-Émélie-de-l’Énergie, http://www.auberge-lanaudiere.com) sont impeccables et bien équipés. Ils plairont surtout aux couples, mais également aux familles. Toutes les chambres offrent un accès direct à l’extérieur. Plusieurs activités hivernales et estivales sont également proposées sur place. S’y trouvent aussi une piscine intérieure, un sauna humide et sec, ainsi que plusieurs bains à remous et une chute d’eau froide.

     

    Texte tiré du guide Ulysse Le Québec

    Par le collectif d’auteurs Ulysse
    Disponible en version papier et en version numérique

    Voir les commentaires

    Rédigé par Régis Baillargeon

    Repost 0