Articles avec #conseil voyage tag

Publié le 31 Mai 2017

 

Depuis que Washington et Londres ont interdit les appareils électroniques de plus grande dimension qu’un téléphone cellulaire à bord des avions partant de neuf aéroports (Turquie, Liban, Jordanie, Égypte, Tunisie, Arabie Saoudite, Émirats arabes unis, Qatar et Koweït), ­plusieurs voyageurs s’inquiètent. Comment protéger ses appareils et surtout ses données si l’on transite par ces endroits ou si la mesure ­venait à s’étendre à tous les pays? Voici donc quelques trucs.

 

1. Crypter ses données. C’est un ­processus que l’on peut faire soi-même, mais si l’on ne veut pas ­commettre d’impair, on peut demander l’aide d’un technicien (indépendant ou dans les boutiques électroniques).

 

2. Se procurer une balise GPS que l’on met sur ou dans l’ordinateur. La majorité des appareils ont des ­systèmes de traçage. S’assurer qu’ils sont bien fonctionnels.

 

3. Mettre sur clé USB le travail à ­effectuer et choisir un hôtel ayant un espace de travail avec des ordinateurs.

 

4.Voyager avec un vieil ordinateur sur lequel on ne laisse aucune ­information personnelle, mais qui prend les données (clés USB) à destination.

 

 

5. Stoker ses données sur le Cloud, Dropbox, Gmail et autres pour les télécharger à destination.

 

6. Dans la valise, mettre ses appareils à l’intérieur de vêtements que l’on roule les uns par-dessus les autres pour les protéger et rendre le vol un peu plus compliqué.

 

7. Utiliser des cadenas approuvés par la TSA (Transportation Security Administration), ce qui permet aux ­douaniers d’ouvrir les valises sans les briser. Certains de ces cadenas ont aussi des GPS et permettent de retrouver une valise perdue.

 

8. Enlever la carte mémoire de son ­appareil photo et la garder avec soi afin de ne pas perdre nos précieux ­souvenirs.

 

9. Sachant que, chaque jour, quelque 82 000 bagages sont perdus dans le monde et que 13 % d’entre eux ne sont ­jamais retrouvés, plusieurs passagers s’inquiètent également de perdre leurs précieux appareils. Dans un premier temps, comme la cause principale de ­cette perte définitive est le fait d’étiquettes arrachées pendant la manipulation, je redonne ce truc fort utile à ceux qui ont pour mandat de trouver à qui appartient le bagage. On écrit simplement ses ­coordonnées complètes sur une feuille, que l’on place, à L’INTÉRIEUR de sa valise, idéalement dans la pochette du haut, de façon à ce qu’on puisse identifier son ­propriétaire du premier coup d’œil.

 

10. Cependant, un nouveau gadget vient de faire son apparition sur le marché. Il s’agit du E-LOSTBAG ­Premium TM, qui permet de rendre son bagage identifiable auprès de toutes les compagnies aériennes. Placé à l’intérieur de la valise ou du sac, et connecté au ­téléphone intelligent de son propriétaire, il émet une alerte lorsqu’il approche sur le carrousel. On peut le repérer grâce à une sonnerie et le retracer en cas de ­perte, puisqu’il fournit sa position GPS. www.e-lostbag.com

À SAVOIR

  • En gros, si l’on revient d’un de ces pays visés par l’interdiction, ou qu’on y transite pour se rendre vers Londres ou les États-Unis, les ordinateurs portables, ­tablettes (iPad), liseuses électroniques, appareils photo, lecteurs DVD portables, consoles de jeux et imprimantes-scanner doivent ­voyager dans les bagages ­enregistrés.

 

  • Les appareils médicaux ne sont pas visés par cette mesure. Ils peuvent rester en possession du passager, mais ils seront contrôlés.

 

  • Dans tous les autres pays que ceux mentionnés plus haut, on suggère de conserver tous ces appareils électroniques dans les bagages de cabine.

 

  • Certaines compagnies aériennes des pays visés plus haut ont commencé à offrir différentes solutions. Par exemple, Qatar Airways offre à tous les passagers, à la porte d’embarquement, d’emballer les appareils. Ceux-ci seront étiquetés, chargés comme bagages d’enregistrement et retournés au client à leur arrivée aux États-Unis. De plus, cette compagnie prêtera des ordinateurs portables aux passagers de la classe Affaires.

 

  • Autre exemple: La compagnie ­Emirates permet l’utilisation des ­appareils jusqu’à l’embarquement. Des membres du personnel se chargent ensuite de placer ­(gratuitement) ces derniers dans des boîtes adaptées dans la soute avant le début du vol.

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #Conseil Voyage

Repost 0

Publié le 24 Mai 2017

Les contraintes de temps obligent plusieurs parents à faire le deuil de certaines destinations.

 

Avec la résilience, soit l’aptitude à demeurer positif devant les aléas et les imprévus qui viennent de pair avec tout voyage, la capacité d’organisation est une des principales clés du succès d’un voyage avec des enfants.

Vacances organisées au millimètre près ou non? Cela dépend du caractère de vos enfants (et du vôtre), de la destination et du but du voyage. Voici tout de même quatre conseils à mettre dans votre valise pour mieux voyager en famille.

 

Temps et décalage horaire
Les contraintes de temps obligent plusieurs parents à faire le deuil de certaines destinations. Effectuer un trajet de plus de 10 heures en avion, traverser autant de fuseaux horaires, puis plonger dans une culture différente, pour finalement revenir à la maison… au bout d’une semaine, est vraiment à proscrire pour réussir son voyage avec (ou sans) enfants!

 

 

Tempérament
Le tempérament des membres de la famille fait aussi partie de l’équation pour s’assurer de faire un choix de voyage judicieux. Vous connaissez vos enfants mieux que quiconque:
cernez leurs besoins spécifiques concernant le temps alloué aux activités dirigées et libres, l’intimité, la sécurité, l’espace qu’ils demandent pour dépenser leur énergie. Enfin, tentez de trouver l’équilibre entre ces besoins et vos attentes!

 

 

 

Bagages et équipement
Faire ses bagages est un art… pratique. Si la quantité d’objets, de matériel et de vêtements à apporter varie selon le type de voyage que vous aurez choisi (par exemple, aurez-vous facilement accès à un lave-linge ou à une buanderie?), la liste s’allonge inévitablement pour les voyages en famille, surtout en présence d’un bambin encore aux couches! Dans tous les cas, il vaut mieux limiter le plus possible le matériel superflu. Surtout si vous prévoyez changer fréquemment d’établissements d’hébergement au cours de votre voyage. Gardez à l’esprit que vous devrez souvent transporter à deux tous ces bagages!

 

Jeux adaptés
Peu importe l’âge d’un enfant, chaque jeu a pour lui une durée d’intérêt limitée. Un bébé se lasse beaucoup plus vite de son jeu qu’un enfant. L’interactivité avec un jeu se développe au fil des années. À mesure qu’ils s’adressent à des enfants plus âgés, les jeux suivent la tendance. L’enfant en bas âge ira davantage chercher cette interactivité avec le parent, le frère ou la soeur.

 

Top 10 des critères de sélection des jouets pour le transport

  • Silencieux
  • Facile à transporter
  • Incassable
  • De petit format
  • Autonome (c’est-à-dire qu’il ne nécessite pas l’utilisation d’eau, d’électricité ou de toute autre composante pour son fonctionnement)
  • Créatif
  • Universel (c’est-à-dire sans langage écrit ou oral, permettant de jouer avec d’autres enfants)
  • Facile d’entretien
  • Démontable
  • Multifonctions et multi-usages (plusieurs jeux en un)

 

    Voir les commentaires

    Rédigé par Régis Baillargeon

    Publié dans #Conseil Voyage

    Repost 0

    Publié le 5 Avril 2017

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Lorsqu’on achète son billet d’avion, un choix s’offre à nous. Opterons-nous pour la classe économique, la plus populaire parce que la moins chère, mais également la moins confortable, ou accepterons-nous de payer le double, voire le triple pour nous rendre à une même destination avec un meilleur confort et de meilleurs repas?

    Selon le comparateur de prix de vols, d’hôtels et de locations de voiture Jetcost, il existe cependant certaines astuces susceptibles d’obtenir de meilleurs sièges – s’ils sont libres, bien ­entendu. Voici les cinq trucs les plus ­courants.

     

     

    Élégance à bord !

    Se fondant sur le fait que la première impression joue un rôle fondamental, s’habiller comme les gens d’affaires augmenterait les possibilités de 70 %, tandis que shorts, jeans, basquets ou sandales les diminuent consi­dérablement. Quel­ques compagnies auraient même un code vestimentaire pour leurs clients ­business.

     

    Sourire et patience

     

     

     

     

    Osez demander

    N’hésitez jamais à demander un surclassement, idéalement au moment de l’enregistrement ou juste avant l’embarquement. Se faire dire non est inévitable, mais on ne sait jamais. Beaucoup de voyageurs croient qu’il est plus facile d’obtenir un surclassement sur des vols presque vides. Au contraire, s’il ne reste plus de place en classe économique et qu’il y a encore des demandes de réservations, les chances d’obtenir un surclassement sont plus élevées puisque cela permet à la compagnie aérienne de continuer à vendre des billets.

     

     

     

    Se proposer en cas de surbooking

    Parfois, le surbooking oblige les compagnies à placer quelques passagers sur d’autres vols. Dans ce cas, les employés demandent s’il y a des volontaires parmi les voyageurs.

    Si vous n’avez pas de contraintes horaires et que changer d’avion ne vous gêne pas, soyez le premier au comptoir. Il y a de fortes chances qu’on vous ­offre un vol en classe Affaires et parfois même une compensation finan­cière.

     

     

     

    Soyez fidèles

    N’oubliez pas que, pour les lignes aériennes, conserver leurs clients est crucial, d’où les cartes de fidélisation. Ces dernières ­permettent d’accumuler des points, mais également d’obtenir certains privilèges, dont le ­suclassement.

    Voir les commentaires

    Rédigé par Régis Baillargeon

    Publié dans #Conseil Voyage

    Repost 0

    Publié le 27 Mars 2017

     

    Dénicher les billets d'avion au meilleur prix est un art qui s'apprend. De nombreux sites Internet, applications mobiles, règles à suivre et astuces de recherches vous aideront à épargner. Voici quelques pistes.

     

     

    1. SOYEZ FLEXIBLE

    Être flexible quant à votre destination est un grand plus qui vous permettra de garder davantage d'argent dans vos poches lors de votre achat de billets d'avion: vous opterez simplement pour la destination aux billets les moins dispendieux (le site Kayak propose une fonctionnalité Explore qui saura vous aider dans vos recherches). Si modifier votre destination est hors de question, le fait d'avoir des dates de voyage flexibles peut aussi vous faire faire des économies considérables. Vous éviterez ainsi de voyager lors des moments plus populaires, donc plus chers (les fins de semaine, le vendredi et le lundi, les congés scolaires, la période des Fêtes, l'été...)

     

     

    2. SOYEZ PRÉVOYANT... OU NE LE SOYEZ PAS DU TOUT

    Deux moins - ou plus - avant le départ: selon les agents de voyage et les voyagistes, c'est le moment pour trouver les billets d'avion au meilleur prix. Vous n'avez pas la fibre prévoyante? Acheter vos billets à la toute dernière minute peut aussi s'avérer payant, surtout pour les vols nolisés. Plusieurs voyagistes d'ici proposent d'ailleurs une section de rabais de dernière minute, allez y jeter un coup d'oeil.

     

     

    3. MAGASINEZ ET COMPAREZ

    Un billet d'avion, comme n'importe quel achat important, se magasine. Heureusement, de nombreux sites d'aubaines et de comparateurs de vols ont été créés pour faire le travail à votre place. Sur votre liste de sites à découvrir, vous pouvez tout de suite noter les Hopper, Skyscanner, Kayak, Farecompare, Booking.com, Google Flight, Mondogo, Flighthub, Yapta, Easyvoyage, Liligo, Yuldeals.ca, Yulair (pour les vols depuis Montréal et Québec) ou encore le petit nouveau, Flytrippers, un site québécois.

    Plusieurs d'entre eux proposent des alertes de baisse de prix avant l'achat (et même jusqu'à 24 heures après l'achat du billet, c'est le cas de Yapta).

    Il vaut aussi ensuite la peine de vérifier directement sur le site de la compagnie aérienne offrant le plus bas prix déniché: celui-ci y est parfois proposé pour moins cher.

     

     

    4. LISEZ TOUT

    La mode est aux compagnies dites «low cost« ou «à rabais» proposant des offres souvent complètement folles vers des destinations populaires. Prenez garde à ne pas vous laisser emporter trop rapidement et lisez bien toutes les règles rattachées à ces promotions. Achat de siège, paiement demandé pour les bagages en soute, poids et largeur maximale pour les bagages de cabine, repas à bord et enregistrement payant à l'aéroport, taxes souvent faramineuses et suppléments de toutes sortes vous attendent au détour.

     

     

     

    5. ASSURANCES VOYAGE: RENSEIGNEZ-VOUS

    Vous avez déjà une assurance? Dans ce cas, soyez plus intelligent que la machine et assurez-vous que l'option assurance annulation ou assurance voyage n'est pas automatiquement appliquée par le site utilisé lors de votre réservation de billet. Vérifiez bien votre couverture (auprès de votre compagnie de carte de crédit, par exemple) avant de faire disparaître le crochet dans la petite case réservée à cet effet.

    Voir les commentaires

    Rédigé par Régis Baillargeon

    Publié dans #Conseil Voyage

    Repost 0

    Publié le 28 Février 2017

    Contenant de liquide trop gros, couteau ou ciseau, pot de beurre d’arachides, scie mécanique… Tous ces objets ont déjà été saisis à un poste de contrôle québécois. Voici quelques petits trucs pour ne pas retarder le départ de milliers de voyageurs, à quelques jours du début de la semaine de relâche.

    Chaque année, des milliers d’objets sont confisqués aux points de contrôle de l’Aéroport Jean-Lesage, à Québec. Plusieurs sont assez inusités. «On en retrouve de toutes sortes. Il arrive que des chasseurs oublient des cartouches d’armes à feu dans leurs poches ou que des travailleurs transportent des outils. Il y a eu quelques bâtons de baseball aussi. À Montréal, j’ai déjà vu quelqu’un avec une scie mécanique», affirme Mathieu Laroque, porte-parole pour l’Administration canadienne de la sûreté du transport aérien.

     

    Si l’objet confisqué est légal, le voyageur a deux options: retourner le porter à la voiture ou l’abandonner. Si l’objet est illégal (poivre de Cayenne, poing américain, etc.), il est confisqué par la sécurité aéroportuaire, puis remis à la police.

    Quelques petits trucs à se rappeler
     

     

    «La règle la plus souvent oubliée, c’est celle du 100ml pour les liquides, les aérosols et les gels. On demande aux passagers de bien vérifier les contenants pour les bagages de cabine. Ils doivent être de 100ml ou moins et être placés dans un sac refermable de 1L», explique Mathieu Laroque.

    Il existe toutefois quelques exceptions. «Pour les jeunes enfants de 2 ans et moins, on peut apporter du lait, du jus, etc. pour la durée du vol. Il faut présenter ça à l’agent, même chose pour les médicaments.»

    M. Laroque conseil d’arriver préparé au point de contrôle, afin d’éviter de créer du retard pour les autres voyageurs. Il suggère de tout mettre dans le bagage de cabine et d’avoir sa carte d’embarquement en main. «Ça peut créer des retards assez importants. On passe le sac dans le rayon X et on analyse le contenu. S’il y a un problème, il faut ouvrir le sac, repérer l’objet qui pose problème et demander au passager ce qu’il souhaite faire de l’objet. Pendant ce temps, les gens derrière sont bloqués.»

    «Tout ce qui est couteau, ciseau et outils, on laisse ça à la maison ou dans le bagage enregistré en soute», conseille le porte-parole.

     

    Tous ces objets ne représentent qu'une seule journée à l'Aéroport Jean-Lesage.

    Tous ces objets ne représentent qu'une seule journée à l'Aéroport Jean-Lesage.

    Voir les commentaires

    Rédigé par Régis Baillargeon

    Publié dans #Conseil Voyage

    Repost 0

    Publié le 20 Février 2017

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Que l'on prenne l'avion fréquemment ou à l'occasion, il n'y a rien de plus désagréable que de passer un long et pénible vol pour cause de... mauvais voisin! Vous avez envie de voyager en aimant et en étant aimé? Voici une liste de comportements à adopter.

     

     

    LE COMPAGNON DE VOL IDÉAL...

     

     

    - Sait repérer les signes de la non-discussion

    Votre voisin a ses écouteurs bien enfoncés sur les oreilles, a le nez plongé dans un livre, regarde un film, tente de s'endormir ou a les bras croisés? Savoir repérer les signes d'une attitude non communicative est sans doute la plus grande qualité du parfait compagnon de vol.

     

     

    - N'occupe que son espace

    Le voisin de siège idéal sait impérativement rester dans sa bulle. Il n'étend ni des parties de son corps ni certains de ses effets personnels au-delà de cette ligne imaginaire délimitant son espace. Sa tête aussi parvient à ne pas glisser sur votre épaule lorsqu'il s'endort.

     

     

    - Prend place bien préparé pour le vol

    Le voisin de nos rêves ne s'assoit que lorsqu'il a tout ce dont il aura besoin pendant le vol avec lui. Il ne dérangera poliment ses voisins que lorsque ce sera essentiel (toilette, étirement des jambes, oubli important).

     

     

    - Porte des écouteurs

    Cela semble d'une évidence, et pourtant....! Lorsqu'il écoute de la musique ou qu'il joue aux jeux vidéo sur sa tablette électronique, le voisin de siège idéal est assez respectueux pour avoir des écouteurs sur les oreilles (et s'il est trop petit pour en avoir conscience, a un parent qui y pense pour lui).

     

     

     

    - Est autonome

    Le compagnon de vol idéal se retient d'appeler l'agent de bord chaque fois qu'il a une question ou une demande. Il est autonome et prend le temps de penser par lui-même avant de déranger les autres.

     

     

    - A choisi le siège qui lui convient

    Le voyageur qui sait qu'il devra fréquemment se rendre aux toilettes tout comme celui qui souhaite dormir pendant tout le vol sans se faire déranger devrait toujours sélectionner son siège en ligne avant le départ. Il évitera ainsi de devenir un voisin de vol irritant.

     

     

     

    - Ne parle pas trop fort et pas trop longtemps

    Certains voyageurs parlent aussi fort que s'ils se trouvaient dans leur salon, d'autres entreprennent des conversations sans fin. Comme dans tout, il vaut mieux user de modération lorsqu'on tient absolument à discuter avec un voisin ou un ami pendant le voyage.

     

     

    - Est poli

    Une autre règle élémentaire, mais une fois encore... Le voisin de vol parfait est gentil, ne fait pas d'histoires et est poli lorsqu'il s'adresse aux autres voyageurs et aux agents de bord. (Vivement le retour du trio de base composé des «s'il vous plaît», «merci» et «excusez-moi»!)

     

     

    - Sent bon

    Ici, sentir bon ne veut surtout pas dire porter beaucoup de parfum, mais plutôt de prendre une douche avant de sauter dans l'avion. S'il est totalement parfait, le compagnon de siège glissera une paire de chaussettes propres dans son sac à dos et les enfilera lorsqu'il enlèvera ses chaussures pendant le vol.

    Voir les commentaires

    Rédigé par Régis Baillargeon

    Publié dans #Conseil Voyage

    Repost 0

    Publié le 7 Février 2017

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partir en voyage en solo est un rêve que plusieurs caressent secrètement. Voici les conseils d'une voyageuse pour ceux qui voudraient se lancer.

    ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

     

     

     

     

    Choisir une destination qui nous fait envie.

    «Lorsque je voyage seule, j'apprécie particulièrement lapossibilité d'être totalement égoïste et d'avoir carte blanche», explique Véronique Leduc, cofondatrice du magazine «Caribou» et journaliste en tourisme et culture culinaire. «Bien sûr, et à plus forte raison en tant que fille seule, je me fais un devoir de me renseigner sur l'aspect sécuritaire des destinations que j'envisage. Mais ultimement, c'est un choix réfléchi qui ME revient.»

     

     

     

     

    User de prudence.

    Véronique a voyagé sans camarade en Afrique du Sud, au Mexique, en Californie et au Portugal. La jeune femme avoue avoir consciemment opté pour des lieux dits «plus touristiques» lors de ses voyages en solitaire. «Toute seule, je préfère laisser de côté mon côté aventurier. Car, il est vrai qu'on se sent plus vulnérable en tant que femme voyageant seule. On doit prendre un peu plus de précautions qu'à l'habitude.»

     

     

     

     

     

    Garder le contact avec ses proches.

    Si elle voit ses périples en solo comme des défis personnels à relever toute seule, la voyageuse garde tout de même sa famille informée de ses allées et venues. «Je leur fais parvenir mon itinéraire, communique avec eux régulièrement et tente de les tenir au courant des changements dans mon trajet. De cette façon, ils savent où je me trouve et cela nous rassure mutuellement.»

     

     

     

     

    Lire et s'informer.

    Afin de se sentir en sécurité, Véronique s'informe dans ses guides de voyage (qu'elle transporte avec elle) sur les quartiers à éviter à destination. Et elle s'y tient. «Il ne faut pas prendre de risques inutilement. Je me renseigne aussi, lorsque j'arrive à l'hôtel, afin de savoir s'il est dangereux de marcher seule le soir. Et je sors sans sac à main ni appareil photo en soirée.»

     

     

     

     

    Avoir l'air sûr de soi.

    Dans les gares et les lieux publics, la jeune femme s'applique à donner l'impression d'être aussi sûre d'elle-même que possible. «Prétendre qu'un ami nous attend et sait où on se trouve peut aussi être une bonne tactique lorsqu'on se sent moins confiante.»

     

     

     

     

     

    Être bien équipé et bien préparé.

    Des guides de voyage, beaucoup de lecture et de bonnes listes de musique: voilà le trio indispensable au voyageur en solo selon Véronique. «Car oui, la solitude peut parfois être pesante, alors il vaut mieux y être préparée. Des livres et de la bonne musique permettent aussi de passer le temps de façon amusante dans les transports.» Véronique rédige aussi (avant le départ) une liste d'activités possibles à destination afin de se rassurer.

     

     

     

     

     

     

    Défier ses peurs.

    «Voyager seule apporte fierté et confiance personnelle. Être seule et arriver à se débrouiller par soi-même, n'importe où dans le monde, est valorisant. Il ne faut pas avoir peur, car voyager seul(e) est vraiment une expérience enrichissante. Et puis, pour les filles qui craignent de faire le grand saut, je recommande la lecture du livre «Le voyage pour les filles qui ont peur de tout» de Marie-Julie Gagnon et Ariane Arpin-Delorme.»

    Voir les commentaires

    Rédigé par Régis Baillargeon

    Publié dans #Conseil Voyage

    Repost 1

    Publié le 17 Janvier 2017

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    À la suite de la fusillade meurtrière au Blue Parot Club à Playa del Carmen, au Mexique, le Canada a mis à jour sa page «conseils aux voyageurs et avertissements» destinée aux voyageurs canadiens. Cette page fournit des informations sur les situations dangereuses à l’étranger et les avis officiels du gouvernement.

    Mise à jour régulièrement, voire quotidiennement, cette page permet de savoir lorsqu’un conflit, un virus ou une catastrophe naturelle, par exemple, pourraient menacer votre voyage. Le Canada y indique s’il est sécuritaire de voyager dans un pays, s’il faut être plus prudent qu’à l’habitude ou s’il faudrait s’en abstenir totalement.

     

    En date du 16 janvier 2017, voici 15 destinations-soleil populaires auprès des Québécois où il faut redoubler de prudence selon le gouvernement du Canada.

     

     

     

    Bouton-vert_01 Venezuela: «évitez tout voyage non-essentiel»
    En raison du nombre élevé de crimes violents et de l’instabilité politique et économique, entre autres, il est recommandé de ne pas se rendre au Venezuela.

     

     

     

    Bouton-vert_02 Brésil: «faire preuve d’une grande prudence»
    C’est encore la crainte du virus Zika qui empêche le Canada de donner son feu vert aux voyageurs, en plus du taux de criminalité élevé et des incidents violents dus aux bandes organisées.

    Bouton-vert_03 Bahamas: «faire preuve d’une grande prudence»

     

     


    Le taux de criminalité est élevé aux Bahamas, surtout à Nassau, la capitale.

     

     

     

    Bouton-vert_04 Belize: «faire preuve d’une grande prudence»
    L’avertissement touche surtout les crimes violents.

     

     

     

    Bouton-vert_05 Costa Rica: «faire preuve d’une grande prudence»
    Le Canada recommande de faire preuve de prudence à cause de la criminalité.

     

     

     

    Bouton-vert_06 Guatemala: «faire preuve d’une grande prudence»
    Les voyageurs doivent être au courant qu’il y a beaucoup d’actes de violence au pays, des barrages routiers, des grèves et des manifestations.

     

     

     

    Bouton-vert_07 Jamaïque: «faire preuve d’une grande prudence»
    Le niveau élevé de criminalité violente en Jamaïque est à surveiller.

     

     

    Bouton-vert_08 Sainte-Lucie: «faire preuve d’une grande prudence»
    Le Canada cite des ressources médicales limitées, des conditions routières difficiles et des transports en commun peu fiables comme raisons de son avertissement.

     

     

     

    Bouton-vert_09 Salvador: «faire preuve d’une grande prudence»
    Les voyageurs doivent faire attention en raison d’un haut taux de crimes violents au pays.

     

     

     

    Bouton-vert_10 République dominicaine: «faire preuve d’une grande prudence»
    Le Canada recommande de faire preuve de prudence à cause de la criminalité.

     

     

     

    Bouton-vert_11 Nicaragua: «faire preuve d’une grande prudence»
    Les voyageurs doivent être prudents au Nicaragua  à cause de l’utilisation fréquente d’armes dans les activités criminelles.

     

     

     

    Bouton-vert_12 Paraguay: «faire preuve d’une grande prudence»
    Le Canada recommande de faire preuve de prudence à cause de la criminalité.

     

     

    Bouton-vert_13 Mexique: «faire preuve d’une grande prudence (avec avertissements régionaux)»
    La violence associée au crime organisé fait que certaines régions mexicaines sont classées sous l’avertissement «évitez tout voyage non essentiel».

     

     

     

    Bouton-vert_14 Haïti: «faire preuve d’une grande prudence (avec avertissements régionaux)»
    À cause des conditions de sécurité instables et dangereuses, certaines villes sont à éviter, dont Port-au-Prince.

     

     

     

     

    Bouton-vert_15 Colombie: «faire preuve d’une grande prudence (avec avertissements régionaux)»
    Le Canada recommande à ses voyageurs de ne pas se rendre dans les régions rurales colombiennes puisque des groupes armés illégaux y sont installés.

    Voir les commentaires

    Rédigé par Régis Baillargeon

    Publié dans #Conseil Voyage

    Repost 0

    Publié le 7 Novembre 2016

     

     

     

     

     

    ondainer Gutierrez, 29 ans, créateur de l'application A la mesa, qui répertorie 70 % des restaurants de Cuba.

     

     

     

    (LA HAVANE) Yondainer Gutierrez parlait depuis un bon moment déjà quand il a lancé sans façon, au détour d'une phrase, que Barack Obama l'avait cité en exemple lors de son passage à Cuba en mars dernier. «Le président m'a fait de la publicité gratuite!»

    Lorsqu'il parle de cette mention, le cocréateur d'A la mesa, une application qui répertorie les restaurants de Cuba, affiche un détachement qui étonne. «Après son discours, tout le monde voulait lui serrer la main. Je voulais plutôt parler au fondateur d'Airbnb, qui l'accompagnait», raconte l'entrepreneur de 29 ans.

    Ce n'est pas un hasard si Yondainer Gutierrez a été cité en exemple. Lancée il y a cinq ans par un groupe de cinq amis, l'application connaît un beau succès à Cuba. «Le gouvernement a permis aux individus de devenir travailleurs autonomes. Personne n'avait encore eu l'idée de ramasser des informations comme ça, alors on a saisi l'occasion», explique-t-il, assis à une terrasse dans la chaleur suffocante de La Havane.

    C'est d'abord un site web qui a été créé. Les cinq complices ont cogné à la porte de commerces en leur offrant de leur donner une place sur leur site. D'une vingtaine de restaurants au lancement, ils sont passés à plus de 850. «Nous répertorions environ 70 % des restaurants de Cuba. La plupart sont des paladars», dit-il. Contrairement aux restaurants tenus par l'État, ceux-ci sont gérés par des particuliers qui ont profité d'assouplissements économiques apportés par Raúl Castro il y a quelques années.

     

    Le site web est devenu une application bien adaptée aux difficultés inhérentes à l'internet cubain. Ainsi, en installant A la mesa, on télécharge un fichier qui permet d'accéder aux données, même hors ligne. En cliquant sur un restaurant, des informations comme les heures d'ouverture, les prix, le type de nourriture servie, des photos et parfois même le menu sont fournies. Les restaurants qui souhaitent une visibilité accrue peuvent payer pour que leur contenu soit mis en évidence.

    Si, pour bien des Québécois, trouver ce type d'information sur un restaurant à partir de leur cellulaire relève de l'évidence même, c'est une petite révolution pour Cuba.

    «Au début, accéder à l'internet était très difficile. Maintenant, à notre bureau, on a accès à l'internet 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.»

    Dans ces bureaux loués au gouvernement, l'accès à l'internet arrive à un fort prix. Pour 520 CUC, soit environ 680 $CA, c'est à une connexion de 1 Mb/s que l'équipe d'A la mesa a droit. «Nous n'avons pas beaucoup de bande passante», dit le jeune Cubain. Il a pu expérimenter la très haute vitesse lors de séjours à l'Université de Stanford, où il a suivi un cours sur l'entrepreneuriat, et à Washington, où il a été invité par The Economist pour parler de son application. Comme il est le seul dans l'équipe à détenir un visa lui permettant d'entrer aux États-Unis «et celui qui a le plus de facilité à parler», il officie comme délégué.

    Ce sont des amis à l'étranger qui ont d'ailleurs permis à A la mesa de se retrouver dans les magasins d'applications d'Apple et de Google. Impossible pour les Cubains de faire des transactions financières avec ces deux géants de l'internet; ils doivent compter sur les cartes de crédit de gens à l'extérieur de l'île.

    Sur une photo publiée sur Facebook, Yondainer Gutierrez pose avec le fondateur de Netflix. Une rencontre que bien des fondateurs d'entreprises en démarrage rêvent de faire. C'était avant qu'un certain Barack Obama parle de lui, ce qui ne sera sans doute pas sans incidence sur la suite des choses. «Le téléphone s'est mis à sonner le lendemain», dit Yondainer Gutierrez, tout en faisant un geste qui semble dire «calmez-vous».

    Son équipe et lui ont beau bénéficier d'une reconnaissance hors du commun, ils savent mieux que quiconque que l'accès à l'internet à Cuba est le lot d'une minorité. «C'est cher, mais on peut se connecter dans les lieux publics. D'ici la fin de l'année, il devrait y avoir des points d'accès sans fil le long du Malecón à La Havane. Ça avance, petit à petit.»

     

     

    https://itunes.apple.com/WebObjects/MZStore.woa/wa/viewSoftware?id=1090045374&mt=8

     

     

    https://play.google.com/store/apps/details?id=com.alamesacuba.app

    Voir les commentaires

    Rédigé par Régis Baillargeon

    Publié dans #Conseil Voyage

    Repost 0

    Publié le 19 Octobre 2016

     

     

     

     

     

    Les valises et sacs sont indispensables lorsque nous partons en voyage. Nous les souhaitons avant tout solides, pratiques, esthétiques et durables. Voici quelques belles valises et jolis sacs qui sauront vous accompagner avec style dans de tous vos voyages.

    Facile à repérer

    Valise Lipault en nylon, imperméable, avec quatre roues multidirectionnelles, très pratique pour tous types de voyages. On aime le mauve qui sort de l'ordinaire pour une valise et qu'on saura repérer de loin sur le tapis roulant.

    Lipault Original Plume, 269,99 $

     

     

     

     

     

     

     

    Pour partir en week-end

    Si vous cherchez un sac très élégant et simple pour partir en week-end, le voici. Fait de toile bleu marine avec les anses en cuir, il se porte aussi à l'épaule. Offert en noir et beige cognac.

    Sac Hartsfield Weekender de WANT Les Essentiels, 495 $

    Sac m0851, 760 $... (PHOTO FOURNIE PAR M0851) - image 2.0

    Agrandir

    Sac m0851, 760 $

    PHOTO FOURNIE PAR M0851

    En cuir aniline

    Sac de voyage m0851 rectangulaire entièrement en cuir aniline avec une fermeture à glissière ouverte. L'intérieur contient une poche. Le sac est à poignées centrales et à bandoulière ajustable.

    Sac de voyage m0851, 760 $

     

     

     

     

     

     

    Pratique

    Cette valise légère en polycarbonate a été dessinée en fonction de la taille des compartiments à bagages à l'intérieur des avions des différentes compagnies aériennes. Avec ses quatre roues multidirectionnelles, cette valise résistante roule sans effort et vous accompagnera dans tous vos voyages.

    Samsonite Ziplite 2.0, 139,99 $

    Bagage roulant Louis Vuitton, 3050 $... (PHOTO FOURNIE PAR LOUIS VUITTON) - image 3.0

    Agrandir

    Bagage roulant Louis Vuitton, 3050 $

    PHOTO FOURNIE PAR LOUIS VUITTON

    La légende Louis Vuitton

    Ici, la nouvelle génération de bagages roulants Horizon 50 de Louis Vuitton, dessinés par Marc Newson, avec la fameuse toile Monogramme si célèbre de Louis Vuitton. C'est une valise très légère, avec cadenas TSA et roues maniables créées par la maison française de luxe. Pour un voyage chic ultra stylé et qui ne sera pas donné!

    Bagage roulant Louis Vuitton, 3050 $

     

     

     

     

     

     

    Un grand classique

    Ce grand sac en toile de nylon avec rabat en cuir à bouton pression est devenu un grand classique. Simple, pratique, il est proposé en une douzaine de coloris chaque saison et vous accompagne avec chic en voyage.

    Sac Le Pliage de Longchamp, 185 $

    Voir les commentaires

    Rédigé par Régis Baillargeon

    Publié dans #Conseil Voyage

    Repost 0