3 sites de choix pour observer les icebergs à Terre-Neuve.

Publié le 16 Mai 2017

 

Extraits tirés du guide Ulysse Explorez Terre-Neuve et Saint-Pierre-et-Miquelon, par Frédérique Sauvée

Les côtes de Terre-Neuve se laissent agréablement apprivoiser en été, lorsque les baleines, les oiseaux marins et les icebergs peuplent les eaux littorales. C'est la saison idéale pour les contempler lors d'une excursion en bateau ou d'une randonnée pédestre dans un des parcs nationaux et réserves écologiques ou fauniques de la province.

Voici 3 endroits d'où observer la dérive des icebergs à Terre-Neuve.

 

 

 

 

 

1- Twillingate, la capitale mondiale des icebergs, et ses anses environnantes où viennent s'échouer quelques dizaines de géants de glace entre les mois d'avril et de juillet

Située sur South Twillingate Island, dans un archipel de la baie Notre-Dame, la ville de Twillingate est empreinte de charme, surtout pendant la saison estivale, et elle vit aujourd'hui essentiellement du tourisme à cause du déclin de la pêche. «Capitale mondiale des icebergs», elle est idéalement placée sur l'Iceberg Alley et la route de migration des baleines, que l'on peut observer lors d'une randonnée ou d'une excursion en mer.

 

 

 

 

2- Le phare de Bonavista, situé à la pointe de la péninsule du même nom au large de laquelle se trouve l'Iceberg Alley

Le village de Bonavista constitue la plus importante communauté de la péninsule du même nom. Ses jolies résidences, vivement colorées, s'entourent de paysages vallonnés qui bordent un port très actif. Le Cape Bonavista Lighthouse, un phare restauré et meublé comme dans les années 1870, présente une exposition sur l'histoire des phares et sur la vie quotidienne de leurs gardiens. Le point de vue sur l'océan et les côtes rocheuses est magnifique, et il est même possible d'apercevoir des baleines et des icebergs en saison.

 

 

 

 

3- Signal Hill et sa vue panoramique sur la côte est de la péninsule d'Avalon, où les icebergs terminent souvent leur périple

Le site de Signal Hill est juché sur la colline du même nom, elle-même dominée par la tour Cabot, qui surplombe la rade. Utilisé au XVIIIe siècle pour signaler, à l'aide de drapeaux, l'arrivée des navires aux autorités militaires et aux marchands de St. John's, il a ensuite été le siège des défenses de la ville jusqu'à la Seconde Guerre mondiale. L'endroit a également été le théâtre, en 1762, de la dernière bataille de la guerre de Sept Ans en Amérique du Nord.

 

EXPLOREZ TERRE-NEUVE ET SAINT-PIERRE-ET-MIQUELON
 
 
 

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #Evasion Voyage

Repost 0
Commenter cet article