Publié le 8 Juin 2016

 

Plébiscité par les baroudeurs, le voyage long-courrier se porte bien et profite aux destinations qui s'ouvrent désormais sur le monde. Le Myanmar (ou Birmanie) en est un parfait exemple.

Directeur du cabinet d'experts Protourisme, Didier Arino a confié à Relaxnews les visites indispensables à effectuer pour une première fois au pays d'Aung San Suu Kyi.

 

 

 

 

Découvrir le Myanmar moderne à Yangon (ex-Rangoun)

 

 

Ville la plus peuplée du pays, Yangoun a perdu son titre de capitale officielle en 2005, au profit de Naypyitaw. Si les témoignages coloniaux entretiennent l'ambiance de la cité birmane, elle est aussi un point d'entrée dans la modernité avec des hôtels de luxe et des restaurants huppés.

Les voyageurs trouveront de l'authenticité en visitant la pagode de Shwedagon, le sanctuaire bouddhiste le plus sacré du pays. Son stûpa doré haut de 99 mètres est un point de repère dans toute la ville. Les photographes amateurs se délecteront de la lumière du coucher du soleil pour des images splendides du monument.

 

 

 

Comprendre la piété birmane au Monastère du Serpent à Bago

 

Les Birmans sont à 90 % bouddhistes. La religion et la philosophie sont omniprésentes durant un voyage, notamment à travers les stûpas d'or imposants qui agrémentent les paysages aux quatre coins du pays. Ils sont si nombreux qu'aucun chiffre officiel n'est d'ailleurs connu, mais le Myanmar serait le pays en comptant le plus.

À Bago, ancienne capitale du royaume Môn, la pagode Shwemawdaw fut édifiée pour accueillir des reliques de Bouddha. Si son stûpa doré, le plus haut du Myanmar, est une curiosité incontournable, on comprendra encore mieux la dévotion des Birmans pour les préceptes bouddhistes au monastère du Serpent. Son occupant légendaire n'est autre qu'un python long de neuf mètres en lequel se serait réincarné un moine révéré des monts Shan. Le reptile serait âgé de 110 ans. Les fidèles déposent tous les jours des offrandes sur les écailles de l'animal. Parfois, les visiteurs ont le droit de le toucher.

 

 

 

Photographier Bouddha sous toutes ses coutures

 

Alors que les séjours photographiques sont tendances, le Myanmar se prête à merveille à ce genre d'initiation. Les photographes amateurs auront l'occasion d'immortaliser Bouddha sous toutes les coutures, depuis le nord et la frontière avec la Chine jusqu'à la mer d'Andaman.

Le personnage mystique est présenté par des sculptures dans diverses positions, qui ont toutes une signification. À l'instar de Wat Pho à Bangkok, un Bouddha couché impressionne les visiteurs à la pagode de Kyauk Htat Gyi d'Yangon. D'autres, dont un datant du Xe siècle, se trouvent à Bago et font face aux points cardinaux de la pagode Kyaik Pun.

Le Myanmar abrite le plus grand Bouddha couché du monde, près de Mawlamyine, dans le sud-est. Il existe même un Bouddha à lunettes à la pagode Shwemyetman de Shwedaung.

 

 

 

 

 

 

Se plonger dans l'histoire birmane

 

Pour les férus d'histoire, direction le centre de la Birmanie. Première étape: Bagan. L'ancienne capitale impériale abrite une zone archéologique qui témoigne du très riche passé de la région. Le navigateur Marco Polo la visita d'ailleurs et la considéra comme l'un des plus beaux spectacles du monde.

Les souvenirs médiévaux s'égrènent agréablement à bicyclette, au rythme de temples et de stûpas. Du nombre, le temple Ananda est un arrêt obligé.

Reprenez la route, vers l'est, en direction de Mandalay, situé à 180 km. Pour faire d'une pierre deux coups, suivez un itinéraire le long du fleuve Irrawaddy, véritable colonne vertébrale du passé birman.

Le Palais Royal de Mandalay constitue le clou de la visite. Résidence des derniers souverains birmans, le palais a également servi de refuge aux Japonais lors de la Seconde Guerre mondiale. Des bombardements le détruisirent en 1945, mais il fut reconstruit en 1990. Il est conseillé de profiter de la hauteur de la tour de guet pour mieux apprécier l'immensité de cette cité ancienne.

 

 

 

 

À la rencontre des Inthas du Lac Inle

 

Bon nombre de routards envisageront de visiter le Myanmar our aller à la rencontre de la population birmane. Dans cette optique, le lac Inle, à l'est, peut être une destination idéale. La seconde plus grande étendue d'eau du pays est en effet le lieu de vie des Inthas, une ethnie tibéto-birmane qui s'est adaptée à l'espace marin en construisant des abris sur pilotis.

Surtout, leur façon de pêcher symbolise à elle seule l'image du Myanmar, souvent représentée sur les cartes postales. La technique consiste à faire avancer une barque d'une seule jambe, en enroulant la rame sur l'autre. Une nasse conique ramasse les poissons dans le fond de l'eau.

Promis, la région du lac à elle seule vaut un voyage!

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #Decouverte

Repost 0

Publié le 8 Juin 2016

 

Revenue au monde après une asphyxie communiste de 40 ans, Prague redevient l’une des destinations les plus courues du continent européen. Parmi les lieux les plus remarquables de la vibrante capitale de la République tchèque, en voici trois qui s’avèrent tout simplement incontournables.

 

 

 

 

 

Le château de Prague

 

Plus grand château ancien du monde, le château de Prague (Pražský hrad) domine la ville entière de sa silhouette colossale. Siège du pouvoir politique des présidents de la République tchèque, mais aussi bien avant eux des rois et des empereurs du Saint-Empire romain germanique, le château abrite toujours les joyaux de la couronne de Bohême et attire derrière ses remparts des hordes de touristes.

Il faut se lever tôt pour profiter seul du charme moyen­âgeux de la Ruelle d’Or, du faste gothique de la cathédrale Saint-Guy ou de la puissance immobile des titans en lutte qui gardent son entrée. Mais n’ayez crainte: la visite vaut le déplacement! Du Jardin royal au belvédère du Palais d’été royal, en passant par les cours successives et leurs merveilles, le palais Lobkowicz et les jardins sur la colline, tout cela fait partie des attraits du château de Prague.

 

 

 

 

 

 

L’emblématique pont Charles sur la Vltava

 

Le pont Charles (Karlův most) est sans conteste l’emblème de la ville de Prague. Érigé au XIVe siècle sous l’empereur Charles IV pour relier le Petit Côté à la Vieille Ville, il est à présent pris d’assaut par les groupes de touristes, les musiciens ambulants, les artistes en tous genres et les vendeurs d’art et de bijoux. Mais qu’à cela ne tienne!

Il est magique de le traverser au petit matin, alors que la brume s’élève de la rivière. À remarquer, la célèbre statue de saint Jean Népomucène, lequel, selon la légende, fut précipité du haut du pont à la suite de son refus de divulguer la confession de la reine Sophie! Pour une meilleure vue, vous pouvez grimper dans la tour d’observation du côté de la Vieille Ville.

 

 

 

 

 

VACANCES L’église Notre-Dame du Týn 2

L’église Notre-Dame du Týn, au cœur de la Vieille Ville

 

Bâtiment emblématique du centre historique, symbole de la lutte entre catholiques et protestants et plus important sanctuaire gothique après la cathédrale, l’église Notre-Dame du Týn (Kostel Matky Boží před Týnem) est facilement reconnaissable à ses flèches caractéristiques. L’entrée de l’église est plus difficile à trouver : passez sous les voûtes de l’école du Týn pour y avoir accès.

 

 

 

VACANCES maison municipale prague
La Maison municipale

 

 

La Maison qui danse

 

 

 

D’autres incontournables

  • La Maison qui danse : Œuvre éloquente des architectes Frank Gehry et Vlado Milunić, la Maison qui danse (Tančící dům) est aussi surnommée «Ginger and Fred» en l’honneur de Fred Astair et de Ginger Rogers.

 

 

  • La Maison municipale sur la place de la République: Monumentale entreprise des sécessionnistes du renouveau décoratif pragois, la Maison municipale (Obecní dům) est un véritable portfolio de l’Art nouveau du début du XXe siècle.

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #Voyage

Repost 0

Publié le 7 Juin 2016

 

 

Côtoyer les montagnes Rocheuses est un émerveillement de tous les instants, une expérience mémorable, voire mystique pour certains. Splendide, grandiose, monumental, époustouflant, vénérable, les superlatifs pleuvent, mais ne suffisent pas à exprimer toute la majesté de ce royaume où s'entrelacent glaciers, cimes, crêtes, canyons, forêts, lacs et rivières, et qui abritent une flore et une faune exubérantes. Voici 5 randonnées inoubliables dans les Rocheuses canadiennes.

1.RANDONNÉE AU MONT RUNDLE, DANS LE PARC NATIONAL BANFF

 

Quelque 13 km de montées abruptes mènent au sommet du mont Rundle, à 2 500 m d'altitude. Le sentier zigzague dans la vallée avant de venir à bout de la forêt et de se poursuivre à même le roc. Pendant un bon moment, la randonnée se fait sur un couloir à peine large de quelques mètres, avec des falaises de chaque côté. La vue de la rivière Spray et du mont Sulphur est époustouflante. Ne partez pas sans vêtements chauds, car des tempêtes de neige peuvent faire rage au sommet même au mois de juin. Le départ se fait après le pont qui enjambe la rivière Spray, au niveau du club de golf du Banff Springs Hotel. Suivez l'orée du bois du côté droit après le pont. Prévoyez au moins 7h de randonnée.

 

 

 

 

 

 

 

2. RANDONNÉE AU MONT CASCADE, DANS LE PARC NATIONAL BANFF

Le départ pour la randonnée menant au sommet du mont Cascade se fait au stationnement de la station de ski Mt. Norquay, de l'autre côté de l'autoroute Transcanadienne. Ce sentier de 18 km (environ 9h) est encore plus exigeant que celui du mont Rundle. Par contre, vous aurez le plus beau panorama qu'offrent Banff et la Bow Valley. La neige fond toujours tard sur la façade ombragée du mont Cascade. Pour cette raison, le sentier n'est accessible, au mieux, qu'au début du mois de juillet.

 

 

 

 

 

3. RANDONNÉE AU COL WILCOX, SUR LA PROMENADE DES GLACIERS

Le sentier du col Wilcox, dont le point de départ se trouve à l'entrée du camping Wilcox Creek, à 3 km au sud du Columbia Icefield Glacier Discovery Centre, permet d'accéder au meilleur point de vue sur le glacier Athabasca. Ce sentier assez facile, d'une longueur de 6 km à l'aller, accuse une dénivellation de 335 m. Comptez 5h pour faire l'aller-retour. Vous entreprendrez l'ascension dans une forêt de type subalpine, puis vous atteindrez un plateau dégagé de type alpin, avec une splendide vue panoramique sur le glacier et les monts aux alentours. De nombreux mouflons vivent dans les parages.

 

 

 

 

 

 

 

4. RANDONNÉE AU MONT EDITH CAVELL, DANS LE PARC NATIONAL JASPER

Pour vous rendre au mont Edith Cavell, vous pouvez emprunter, depuis l'aire de stationnement du mont Edith Cavell, le sentier qui grimpe sur votre gauche et qui mène en face du glacier Angel. Durant votre marche, vous pourrez aisément observer des marmottes ou des pikas qui peuplent le secteur. Arrivé à la forêt, le sentier grimpe à pic jusqu'à une zone dénudée. Déjà de cet endroit, vous pouvez admirer le glacier Angel, qui semble tout proche. Vous pouvez décider de poursuivre votre ascension vers le sommet, car le sentier n'en finit pas de serpenter et de grimper toujours plus haut. Les derniers 500 mètres sont les plus exigeants, mais votre effort sera largement récompensé par le magnifique paysage qui s'offrira à vos yeux. Comptez de 3h à 6h selon votre rythme d'ascension pour l'aller-retour de 8 km.

 

 

 

 

 

 

5. RANDONNÉE AU LAC PATRICIA, DANS LE PARC NATIONAL JASPER

Pour rejoindre le sentier nommé Patricia Lake Circle, suivez la route du lac Pyramid jusqu'au stationnement des écuries. Il s'agit là d'une petite randonnée en boucle de 4,6 km (2h à 3h) qui ne comporte guère de difficulté; de plus, la promenade est très agréable. On s'engage dans le sentier en grimpant un peu à travers la forêt avant de redescendre sur la rive sud du lac Patricia. Puis, le sentier descend de nouveau en serpentant à travers une petite vallée qui constitue l'un des habitats de prédilection de quelques cerfs, orignaux et castors, ainsi que d'une quantité d'oiseaux. Aussi est-il préférable de s'y aventurer tôt le matin ou en fin d'après-midi, lorsque la température encore fraîche pousse ces animaux à sortir de la forêt pour venir se nourrir dans les prés et boire aux points d'eau.

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #Voyage

Repost 0

Publié le 6 Juin 2016

 

 

La nature joue les peintres à  Danxia, nom donné à une région de Chine réputée pour ses roches aux dégradés extrêmement photogéniques. Rouge, orange, vert, jaune et même bleu, les couleurs s'y mêlent formant une surprenante palette et offrant à la contrée le statut d'un des lieux les plus surréalistes de la planète.

Située au coeur de la province de Gansu, la région est maintenant considérée comme l'un des plus beaux paysages chinois. Cité depuis 2010 dans l'héritage mondial de l'UNESCO, elle intéresse autant les géologues que les curieux et pour cause, la formation des différentes couches raconte le passé mouvementé de ce lit sédimentaire.

 

UNE FORMATION SUR LE LONG TERME

Les paysages sont composés de couches sédimentaires terrigènes, c'est-à-dire provenant de l'érosion de terres émergées, rouges. L'histoire remonte ainsi à 24 millions d'années lorsque les sédiments ont commencé à se déposer. Puis au fur et à mesure des ères, différentes strates se sont créées et superposées.

Ces superpositions présentent des coloris différents selon la composition des sédiments. La couleur de base est le rouge. Elle est causée par la présence d'un oxyde de fer connu sous le nom de hématite (Fe2O3) qui s'intercale entre les grains de grès. Les autres couleurs sont causées par la présence d'autres éléments comme du sulfure de fer ou des chlorites.

Au départ, les couches s'étaient superposées en une formation plate. Néanmoins, les mouvements tectoniques causés par la rencontre entre les plaques indienne et eurasienne ont bouleversé la structure. Les différentes couches sont apparues en surface. Puis l'érosion et le climat ont fait leur effet, formant ces structures impressionnantes.

 

 

 

 

DES COULEURS PARFOIS TROP BELLES POUR ÊTRE VRAIES

Aujourd'hui encore, le paysage de Danxia évolue naturellement. Mais il change aussi parfois grâce aux logiciels de retouche photo. En effet, si les dégradés naturellement présents et la luminosité peuvent apporter des palettes de couleurs extraordinaires, certaines photos sur internet sont retouchées notamment au niveau du contraste.

Ces manipulations n'enlèvent en rien la majesté du panorama qui est sous la protection du gouvernement. Des plans de sauvegarde de ce patrimoine unique en Chine ont été développés entre l'UNESCO et le parc géologique Zhangye Danxia.

 

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #Decouverte

Repost 0

Publié le 1 Juin 2016

 

 

Une eau turquoise, un ciel bleu azur... Le paysage onirique d'une île n'est pas seulement réservé aux voyages dans les Caraïbes ou dans le Pacifique. Un exemple: la France.

Voici un panorama de ces petits bouts de paradis à seulement quelques heures de route et/ou de bateau de la ville.

 

 

 

 

L'ÎLE SAINTE-MARGUERITE

Au large de Cannes, l'île attire différents styles de visiteurs. Il y a les familles, qui veulent profiter d'une séance de plage et de plongée dans les eaux turquoise. Il y a les randonneurs qui s'abritent sous la forêt de pins et d'eucalyptus au gré de leur marche et partent à la recherche du meilleur point de vue sur l'île Saint-Honorat.

 

Puis il y a les férus d'histoire qui veulent approcher la forteresse où a été enfermé l'Homme au masque de fer. L'île Sainte-Marguerite se visite aisément en une journée. Elle ne se situe qu'à 15 minutes de Cannes en bateau. À noter que les vélos et les trottinettes sont interdits sur l'île.

 

 

 

 

 

 

PORQUEROLLES

 

Ce havre de paix n'a rien à envier aux plages des Caraïbes. Au large de Hyères, sur la Côte d'Azur, Porquerolles se gagne en navettes maritimes, depuis la presqu'île de Giens, mais aussi depuis la Seyne-sur-Mer, le Lavandou ou Saint-Tropez, durant la belle saison. La star des îles d'Or compte 54 kilomètres de sentiers et s'étend sur 7,5 km de long.

Ses plages magnifiques attirent les foules pendant l'été, d'où l'astuce de découvrir Porquerolles au mois de mai. Si les plages du Langoustier, de Notre-Dame, et d'Argent sont les plus célèbres, les amoureux n'auront aucune difficulté à dénicher une petite crique tranquille. Des circuits pédestres et pour vélo ont été tracés pour partir à la découverte de l'île et de ses points d'intérêt comme le phare, le fort du Grand Langoustier, le Moulin du bonheur, le fort Sainte-Agathe.

 

 

 

 

L'ÎLE-DE-BATZ

Située dans le nord du Finistère, au large de Roscoff, l'île de Batz offre tout ce que la Bretagne sait faire d'authentique. À seulement un quart d'heure de traversée en bateau, l'îlot qui s'étire seulement sur 3,5 kilomètres de long propose pourtant de nombreuses d'activités pendant les beaux jours.

Une vingtaine de plages permettent de prendre l'air et d'approcher au plus près l'une des principales activités de l'île de Batz: la pêche aux tourteaux, aux homards, aux lieux, aux bars...

Mieux vaut louer un vélo et partir à la découverte des exploitations agricoles qui font aussi la richesse de l'île. Et pour balayer d'un seul coup d'oeil Batz: direction le phare à environ 30 minutes de marche du port.

 

 

 

 

L'ÎLE PIANA

Le choix est vaste pour les vacanciers qui ont la chance de poser un pied, même furtif, en Corse. Au sud de l'île de Beauté, l'archipel des Lavezzi est célèbre pour l'île Piana, dont le nom ne doit pas être confondu avec les Calanques de la côte ouest. En face du golfe de Spérone, l'île est un petit paradis corse, à l'eau limpide et aux reflets bleutés.

Les connaisseurs pourront s'y rendre depuis Bonifacio et la plage de Piantarella. D'ici, ils peuvent rejoindre à pied par le biais d'un cordon de sable la petite île, où s'adonnent à coeur joie les kitesurfers et windsurfers. Au bout du chemin s'offre un point de vue idyllique, où l'on se croirait dans les Caraïbes.

 

 

 

 

LES ÉVENS

Autre trésor de l'ouest, ancienne capitale de la fête en Atlantique, les Évens se gagne par la Baule, par bateau privé. Point d'ancrage dans la baie de Pouliguen, les vacanciers y viennent trouver la quiétude d'une longue bande de sable, formant un triangle, loin de l'agitation de la Baule ou Pornichet. Les sportifs sont aussi des habitués, car la traversée est l'occasion de pratiquer le jet ski ou du ski nautique.

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #Decouverte

Repost 0