Articles avec #voyage tag

Publié le 20 Septembre 2017

 

Hôtels de grand charme et cuisine de qualité valorisant la biodiversité du terroir; voilà qui résume bien l'essence des Relais & Châteaux, association de renom qui regroupe 550 hôtels et tables dans 60 pays, dont près de 150 en France.

Faire plaisir avant tout et prendre soin de leurs hôtes avec cœur, voilà leur leitmotiv quotidien pour que chaque invité vive une expérience mémorable.

Tour guidé de quatre de ces établissements situés à moins d'une heure trente de route de Lyon pour vivre une escapade aussi mémorable que raffinée.

 

1. LA TRADITION LYONNAISE À SON MEILLEUR

À l'arrivée ou au départ de Lyon, capitale gastronomique française, la fameuse Villa Florentine est l'une des grandes institutions hôtelières à découvrir en ville. Dans un cadre très raffiné avec un service attentionné et convivial, cet ancien couvent partiellement classé aux Monuments historiques mérite qu'on y passe une nuit... ou deux!

Son restaurant, Aux Terrasses de Lyon, vaut aussi le détour. En plus d'y déguster une cuisine qui réjouit tous les sens, les visiteurs peuvent profiter des très justes recommandations du Chef sommelier Gaëtan Bouvier, élu Meilleur Sommelier de France en 2016. Dans un cadre majestueux, surplombant la ville, on profite dans cet hôtel 5 étoiles de la terrasse spectaculaire du restaurant, de chambres douillettes et de la piscine qui offre un panorama unique sur Lyon.

Villa Florentine et Les Terrasses de Lyon, 25 Montée Saint-Barthélémy 69005, Lyon, www.villaflorentine.com

1 étoile Michelin. Menus à partir de 29 euros et nuitée 250 euros.

 

2. MODERNISME DANS LA CAMPAGNE BOURGUIGNONNE

Aux coeur de la bucolique région de Bourgogne-Franche-Comté, on découvre le village fleuri de Charolles surnommée la « Venise charolaise » en raison de ses jolis canaux. Le chef Frédéric Doucet, qui a oeuvré avec les plus grands maîtres de la cuisine lyonnaise, propose dans son restaurant gastronomique éponyme une cuisine gourmande, moderne et élégante. Affable, il prend le temps de saluer tous ses invités à leur arrivée.

Dans un esprit très familial, comme c'est le cas dans plusieurs établissement Relais & Châteaux, le chef tient maison en compagnie de sa femme qui gère l'hôtel quatre étoiles aux sublimes chambres de style contemporain ainsi qu'une charmante boutique de produits fins au centre du village.

Depuis peu, ils sont propriétaires du Bistrot du Quai, idéal pour le lunch du midi avec vue sur le canal, où l'on déguste une cuisine simple et accessible, ô combien goûteuse.

Hôtel de la Poste et Restaurant Frédéric Doucet, 2 avenue de la Libération 71120, Charolles, www.hotel-laposte-doucet.com/fr

1 étoile Michelin. Menus à partir 75 euros et nuitée 250 euros.


 

 

3. LE CHÂTEAU PARFAIT DU XVIIE SIÈCLE EN AUVERGNE

Il y a de ces endroits qui vous envoûtent dès le premier regard. C'est le cas du Château de Codignat, niché dans la jolie campagne auvergnate, entre les monts du Forez et la chaîne des Puys, un ensemble de 80 volcans. Ce magnifique château médiéval 5 étoiles qui s'étend sur 15 hectares de parc vous fera remonter le temps. Dans un confort digne des plus grands hôtels, les 19 chambres drapées de tapisseries et de peintures en trompe l'œil, de lits recouverts de velours ou entourés de baldaquins, se dévoilent pour créer une authentique rêverie.

Le rêve devient encore plus réalité au moment du repas, décliné en plusieurs services exquis, que l'on peut déguster à l'extérieur sous un gigantesque marronnier lors des belles soirées. Le tout, dans une atmosphère décontractée, incluant une bonne discussion avec le chef qui se fait un devoir d'utiliser des produits régionaux et de travailler avec des artisans locaux.

Château de Codignat, Bort l'Etang 63190, Lezoux www.codignat.com

1 étoile Michelin. Menus à partir 57 euros et nuitée 185 euros.

 

 

4. L'ÉTABLISSEMENT FUTURISTE AUX PORTES DES VIGNOBLES

Après le passé, place au futur avec le modernisme de l'hôtel et de la table de La Pyramide, à Vienne, coquette ville de 30 000 habitants située au sud-ouest de Lyon et entourée de vignobles. Entièrement rénové en 2015, cet hôtel quatre étoiles met ici la technologie au service des visiteurs. Les 19 chambres offrent un environnement luxueux, design et hyper confortable.

C'est sans compter la table de renom du Chef Patrick Henriroux, qui tient lui aussi son établissement en famille et qui offre une cuisine d'une grande élégance, fine et inventive. Le restaurant a été pensé pour vivre l'expérience gastronomique à son paroxysme : le service, la présentation des plats et même le décor. Un bistro et un café sont aussi accessibles sur place ainsi qu'une superbe terrasse dans la cour intérieure.

La Pyramide, 14 Boulevard Fernand Point 38200, Vienne,www.lapyramide.com/fr

2 étoiles Michelin. Menus à partir de 64 euros et nuitée 240 euros.

POUR PLANIFIER UN SÉJOUR DE RÊVE EN FRANCE:
 

L'auteure était l'invitée de Relais & Châteaux, d'Atout France et d'Air Canad

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #Voyage

Repost 1

Publié le 13 Septembre 2017

 

Alors que septembre rime généralement avec rentrée des classes pour les familles, National Geographic Travel pense aux célibataires, aux couples sans enfant et aux retraités avec sa sélection de destinations automnales, du Mexique à la Grèce en passant par l’Amérique du Nord.

 

 

Le Jour des morts à Oaxaca au Mexique


La Toussaint n’a rien de festif en Europe, mais le Jour des morts au Mexique est une toute autre histoire. Malgré son nom, c’est une fête colorée et joyeuse en l’honneur des défunts (famille, amis ou ancêtres). Cette ancienne tradition figure même sur la liste du patrimoine culturel mondial de l’UNESCO. La ville d’Oaxaca propose l’une des fêtes les plus importantes et animées du pays, avec des processions, des fanfares, des feux d’artifice, le tout copieusement arrosé de Mezcal. Ces célébrations se déroulent du 31 octobre au 2 novembre, au Mexique. 

 

 

 

Cueillette des olives en Grèce


En pleine saison des vendanges, il n’y a pas que la vigne qui permette de produire un divin nectar. En Grèce, l’huile d’olive est elle aussi sacrée. Dans le cadre d’un voyage en terres hellènes, il est possible de donner un coup de main aux agriculteurs locaux pour ramasser les olives, une journée voire une semaine complète. Les meilleures destinations du pays pour cela se trouvent en Crète ou à Kalamata (sud du Péloponnèse).

 

 

L’été indien dans les parcs nationaux américains et canadiens

 

 


Pour profiter de la fin de la belle saison et de l’arrivée de l’automne et son festival de couleurs, rien de mieux qu’un voyage dans les parcs nationaux canadiens ou américains. Pour fêter l’été indien et le 150ème anniversaire du pays, les parcs canadiens sont gratuits jusqu’à la fin de l’année. Aux États-Unis, les foules de touristes estivaux se sont dissipées, les grands parcs nationaux sont plus accessibles que jamais.

 

 

Voici la liste complète des destinations de l’automne (en anglais)

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #Voyage

Repost 0

Publié le 12 Septembre 2017

Entre désert et mer, Dubai ose toutes les audaces architecturales, commerciales et sportives, démultipliant à l’infini des offres qui aimantent les voyageurs comme la promesse d’un rêve éveillé.

 

 

Les incontournables

Un émirat futuriste et magique

Dubai, qui semble se ruer avec frénésie vers le futur, offre chaque jour un visage différent. Pourtant, au-delà de cette effervescence, les voyageurs découvrent une terre millénaire forgée par le désert et son peuple de Bédouins aux traditions marchandes.

Dernier défi du plus célèbre des sept émirats qui constituent les Emirats-Arabes-Unis, la construction de Palm Islands, une île artificielle en forme de palmier, tandis que l’emblématique hôtel 7 étoiles Burj-Al-Arab dresse sa voile d’acier et de verre sur une île artificielle. Mais, au détour de cette forêt d’édifices aux parois aveuglantes qui abritent les plus beaux hôtels au monde, votre regard trouvera encore les anciennes maisons de corail blanc coiffées de leurs tours à vent qui se pressent dans le pittoresque quartier de Bastaqya aux ruelles bordées de bazars et de petits restaurants. En visitant le Dubai Museum, situé dans le fort Al Fahidi, vous découvrirez une remarquable exposition retraçant l’histoire de l’émirat. Et, à Jumeirah, un site archéologique recèle des vestiges abbassides.

 

 

Paradis du shopping

Avec ses centres commerciaux proposant des produits à des prix très attractifs, Dubai mérite sa réputation de paradis pour le shopping. Il faut se perdre dans les souks, celui de l’or avec sa profusion de bijoux est ahurissant, mais aussi le souk aux poissons, aux épices ou le marché aux parfums à la magie toute orientale.

Et, si vous avez besoin d’un peu de fraîcheur, vous pourrez dévaler à ski l’une des trois pistes enneigées du Dubai Ski Dome! Ici on peut faire dans la même journée du ski sur neige, du ski de dune et du ski nautique. On peut aussi piquer une tête dans l’une des innombrables piscines… réfrigérées. Le golf est l’un des autres sports phares à Dubai avec plusieurs parcours de 18 trous dont le Dubai Creek Golf & Yacht Club avec son époustouflant club house évoquant un dhow, le boutre traditionnel.

 

L’expérience unique du désert

Dès la sortie de la ville, le désert et ses ondulantes dunes de sable aux éclats rouges invite à des expériences et des découvertes singulières comme le village de Hatta, une oasis à flanc de montagne avec son wadi (lit asséché d’un torrent) luxuriant, ses maisons en pierres de boue séchée et en roseaux et son fort, le plus ancien de l’émirat.

Un safari dans le désert vous permettra d’observer dans leur habitat naturel les 400 espèces d’oiseaux recensés dans l’émirat, de visiter une fauconnerie, de faire une balade à dos de chameau.

 

 

Le saviez-vous?

 

Soldes, soldes, soldes…

Port franc, la capitale des soldes organise deux fois par an le Dubai Shopping Festival qui attire chaque année plusieurs millions de visiteurs séduits par des promotions allant jusqu’à 70 % de réduction.

Une soirée aux courses

Partager la passion des Dubaïotes pour les courses est une expérience à ne pas manquer. Courses de chevaux ou de chameaux, l’hippodrome Nad El-Sheba s’enflamme dans une ambiance de folie!

 

Les coups de coeur

Assister à une course de chevaux ou de dromadaires.

Admirer les édifices futuristes de Deira au cours d’une croisière sur la Crique, le bras de mer qui sépare la ville en deux.

Passer une nuit dans le désert où des campements, parfois très luxueux, accueillent les voyageurs.

 

A savoir avant de partir

La meilleure période : d’octobre à avril.

Quelques précautions : prudence sur les routes!

N’oubliez pas d’emporter des vêtements légers, mais aussi une veste, utile dans les lieux climatisés ou le soir en hiver, un chapeau, des lunettes de soleil…

À la découverte de Dubaï
À la découverte de Dubaï
À la découverte de Dubaï
À la découverte de Dubaï
À la découverte de Dubaï
À la découverte de Dubaï
À la découverte de Dubaï
À la découverte de Dubaï
À la découverte de Dubaï
À la découverte de Dubaï
À la découverte de Dubaï
À la découverte de Dubaï
À la découverte de Dubaï

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #Voyage

Repost 0

Publié le 11 Septembre 2017

 

La dernière édition du sondage annuel Expat Insider réserve de nombreuses surprises avec notamment l’arrivée en première position du petit royaume moyen-oriental en tête des destinations préférées des expatriés à travers le monde.

Ce petit état situé au large de l’Arabie Saoudite figurait à la 19e place l’année dernière, il a ainsi réussi une spectaculaire progression en partie grâce aux facilités d’installation qu’il offre aux étrangers et aux nombreux jobs proposés.

Pour ce sondage, InterNations a interrogé 13 000 expats de 166 nationalités différentes résidant dans 188 pays et territoires. Ils devaient répondre à des questions concernant 43 aspects différents de leur quotidien dans leur pays d’accueil regroupés en six catégories: la qualité de vie, la facilité d’installation, le travail à l’étranger, la vie de famille, les finances personnelles et le coût de la vie.

Il ressort que les expats du Bahreïn décrivent leur pays d’accueil comme offrant «un magnifique mélange de différentes cultures». Les locaux sont aussi particulièrement sympathiques et accueillant envers les étrangers. Comme la plupart d’entre eux parlent anglais, les sondés ont noté qu’il était facile de déménager là-bas. Un quart des personnes interrogées ont même dit se sentir «comme chez elles» dès leur arrivée.

Le royaume a aussi reçu les louanges des expats dans plusieurs sous-catégories comme le travail et la vie de famille.

Mais l’Amérique centrale n’est pas en reste dans cette enquête. Les expatriés au Costa Rica et au Mexique ont permis à ces deux pays de prendre la deuxième et la troisième place de ce classement. 

Si en tant qu’expatrié vous cherchez avant tout à vous faire de nouveaux amis, le Costa Rica est le meilleur pays pour cela, plébiscité par une majorité des 13 000 sondés.

On notera que ce pays très ensoleillé se classe bien côté qualité de vie, facilité d’installation et vie de famille et qu’un tiers des étrangers interrogés vivant au Costa Rica sont des retraités. 

Sur la troisième marche du podium se trouve le Mexique, un habitué du haut du classement, grâce aussi à l’aisance d’installation qu’il offre, mais aussi au coût de la vie. 

Un expat philippin note par exemple que le climat mexicain «est presque parfait, que l’accueil est chaleureux et que la cuisine est à se damner».

Le Mexique ne séduit cependant pas sur toute la ligne, le système de santé et la sécurité n’étant pas optimal.

Voici la liste des 10 destinations plébiscitées par les expats en 2017, selon InterNations:

 

 

Bahreïn
Costa Rica
Mexique
Taïwan
Portugal
Nouvelle Zélande
Malte
Colombie
Singapour
Espagne 

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #Voyage

Repost 0

Publié le 6 Juin 2017

Mosaïque de couleurs, de saveurs et d'influences culturelles, Madagascar est une île-continent à la croisée de l'Afrique et de l'Asie.

En un séjour idéal de trois semaines, on voyage des hauts plateaux recouverts de rizières verdoyantes aux lagons bleu azur de l'océan Indien en passant par des pistes de brousse d'un rouge intense. Un voyage nature à la rencontre d'un peuple aussi souriant qu'attachant.

 

LA MER D'ÉMERAUDE DE DIEGO-SUAREZ

Ancienne ville coloniale de la Marine française, Diego-Suarez est la grande ville du nord de Madagascar. À la confluence du canal du Mozambique et de l'océan Indien, le cap d'Ambre sur lequel siège la ville est baigné par les eaux chaudes et turquoise de la mer d'Émeraude.

 

On fait tout d'abord un plongeon dans l'une des Trois Baies, véritables lagons dignes de cartes postales, où l'on croise plus de zébus que d'humains. Puis une ascension jusqu'au sommet de la Montagne des Français, parsemée de baobabs, et l'on atteint le saisissant point de vue sur la baie de Diego et son pittoresque Pain de sucre.

 

 

 

 

MARCHÉ DES ARTISANS

Véritables génies de la débrouillardise, les Malgaches ont fait de la récupération la source principale d'approvisionnement pour leur artisanat local. Et chaque ville a sa spécialité. Les habitants d'Antsirabe, à quelques heures de la capitale via la route nationale 7 (RN7), sont passés maîtres en l'art de la fabrication de modèles réduits à base de canettes de boissons.

Les gens de Fianarantsoa, dans les Hautes Terres du pays, excellent quant à eux dans la sculpture de cornes de zébu. Tous ouvrent volontiers leurs ateliers aux voyageurs. Une bonne occasion pour discuter avec eux de leurs techniques de fabrication et rapporter des souvenirs faits à la main directement sous nos yeux.

 

 

 

 

 

 

 

FORÊT PLUVIALE DU PARC NATIONAL DE RANOMAFANA

Après plusieurs heures de route à travers les paysages ocre des Hautes Terres, on peut bifurquer vers la végétation dense et tropicale du parc national de Ranomafana. Cette forêt pluviale abrite une faune et une flore extraordinaires, en grande partie endémiques. Le parc est un lieu privilégié pour l'observation des caméléons, de grenouilles à couleurs vives et de 12 espèces de lémuriens.

Il faut parfois s'écarter des sentiers et suivre les guides pisteurs qui nous mènent jusqu'au pied d'immenses bambous en haut desquels se réfugient des familles d'une dizaine d'individus. Plusieurs circuits, de quelques heures à plusieurs jours de randonnée, offrent une belle variété d'excursions.

 

 

 

 

 

 

 

 

RÉSERVE NATURELLE DE LÉMURIENS DE LA VALLÉE D'ANJA

 

Ici, c'est le maki catta qui est le roi! Cette espèce de lémuriens diurnes, emblématique du pays, se distingue par sa longue queue rayée d'anneaux blancs et noirs. On peut les voir se déplacer en groupe très hiérarchisé dans la belle forêt de la vallée d'Anja. Cet espace protégé et géré par les villageois de la vallée est devenu le paradis des lémuriens qui s'y sentent en sécurité.

Tellement qu'ils osent parfois approcher de très près les randonneurs éberlués. Dans les hautes falaises qui surplombent la forêt, on peut également observer plusieurs tombeaux creusés dans la roche selon les rites funéraires locaux.

 

 

 

 

 

 

 

 

MASSIF GRANITIQUE DU PARC NATIONAL DE L'ISALO

 

 

Situé presque à l'extrémité sud de la RN7, le parc national de l'Isalo est l'un des plus beaux à voir à Madagascar. À lui seul, il regroupe une belle diversité d'écosystèmes représentatifs de l'île: un impressionnant massif de grès érodé, une savane herbeuse jaune ou verte en fonction de la saison, des canyons profonds recouverts de palmiers ou encore des piscines naturelles et des cascades.

Là encore, il est possible d'observer plusieurs espèces de lémuriens dont le sifaka, tout blanc, qui se déplace à terre en sautillant sur ses pattes arrière, bras en l'air, dans une danse plutôt amusante.

 

 

 

 

MARCHÉ AUX ZÉBUS D'AMBALAVAO

Plus important marché aux zébus de l'île, le marché d'Ambalavao voit converger vers sa place de terre battue les plus grands troupeaux de bovins du sud du pays. Ici, les plus belles bêtes se négocient à partir d'un million d'ariarys (environ 450 $) entre éleveurs vêtus de leur cape traditionnelle et riches acheteurs qui vont ensuite revendre le bétail dans le reste du pays.

En circulant entre les troupeaux, il faut se méfier d'un malencontreux coup de corne ou d'une soudaine ruade de zébus. Mais une visite les jours de marché (mercredi et jeudi matin) vaut assurément un arrêt sur la route nationale 7.

 

 

 

 

PIC BOBY DANS LE PARC NATIONAL D'ANDRINGITRA

Baptisé Boby du nom d'un chien, le premier à avoir foulé le sommet en devançant ses maîtres, le deuxième plus haut pic de Madagascar (2658 m) domine un superbe terrain de jeu pour les randonneurs. Au départ de la vallée de Namoly, on marche dans la savane accompagnés par les enfants des environs jusqu'à ce que le dénivelé commence à grimper.

Le parcours traverse alors un plateau lunaire avant d'atteindre le camp de base du Boby. Son ascension est exigeante mais ne requiert aucune technique d'alpinisme. De là-haut, on contemple les massifs rocheux et dénudés qui s'étalent sur des centaines de kilomètres à la ronde.

Sur le chemin de retour, on peut se rafraîchir avec délice dans plusieurs marmites naturelles avant de finir l'expédition par une soirée dansante sur des airs traditionnels chantés par les guides locaux.

***

 

 

INFOS PRATIQUES:

- Vol Montréal-Antananarivo avec escale à Paris cinq fois par semaine avec Air France (airfrance.ca)

- Séjours découvertes et trekking, guidés ou en autonomie, de 14 à 21 jours proposés par les Karavaniers (karavaniers.com)

 

Coups de cœur à Madagascar.
Coups de cœur à Madagascar.
Coups de cœur à Madagascar.
Coups de cœur à Madagascar.
Coups de cœur à Madagascar.
Coups de cœur à Madagascar.
Coups de cœur à Madagascar.
Coups de cœur à Madagascar.
Coups de cœur à Madagascar.
Coups de cœur à Madagascar.
Coups de cœur à Madagascar.
Coups de cœur à Madagascar.

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #Voyage

Repost 0

Publié le 23 Mai 2017

 

Lorsque vous organisez un voyage, il est fort probable que vous vous tourniez vers Pinterest pour trouver de l’inspiration. Vous n’êtes pas seuls.

Les épingles sous le thème du voyage font partie des plus populaires sur Pinterest, alors qu’on en compte plus de trois milliards.

Chaque année, le réseau social dévoile un rapport des tendances voyage qu’il a pu observer auprès de ses utilisateurs. Qu’est-ce qui est le plus épinglé? Tout ça se retrouve dans leur rapport.

Les tendances peuvent viser une ville en général, un circuit spécialisé, une ambiance ou même un plat!

Alors, qu’est-ce qui fait battre le coeur des utilisateurs de Pinterest cette année? Voici une dizaine de tendances:

  Budapest et ses bains

  Londres et ses marchés

 Nashville et sa bouffe épicée

 Copenhague et son design scandinave

 Paris et ses jolis cafés

 La Thaïlande et ses partys «Full Moon»

 Le Brésil et ses carnavals

 Les cosmétiques coréennes

 Les destinations pour courir des marathons

 L’Arizona

Pour voir le rapport complet, c’est ici.

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #Voyage

Repost 0

Publié le 15 Mai 2017

Destination nordique par excellence, l’Islande est un pays envoûtant, mythique et un brin surréel. 
Cette île de 103 000 km2, dont la population est évaluée à 332 000 habitants, ne manque pas de contrastes 
qui font rêver les randonneurs et les photographes autant que les oiseaux de nuit et les amateurs de géologie. 
Voici cinq sites naturels grandioses à découvrir au cours de votre séjour.

 

 

Jökulsárlón, 
la «lagune du glacier»


À mesure que fond le glacier Breiðamerkurjökull, partie de l’immense Vatnajökull, des 
icebergs s’en détachent et flottent au gré du courant dans la Jökulsárlón, la «lagune du glacier». Du côté nord de la route 1, de gigantesques masses rassemblées dérivent doucement vers la mer. Au sud, on marche entre les amas de glace qui se sont échoués sur la rive de sable noir. Les couleurs que prennent ces morceaux d’iceberg sont particulièrement intéressantes, allant du bleu turquoise au jaune souffre. On peut facilement passer des heures à admirer ce spectacle.

 

 

 

Le cratère de Kerið


Structure volcanique aux bords rougeoyants et tapis de verdure, le cratère de Kerið et son lac font partie des incontournables du Cercle d’or, région touristique parmi les plus fréquentées d’Islande. Les parois du cratère, impeccablement conservées malgré trois millénaires de météo islandaise, contrastent à merveille avec la surface colorée du lac. L’apparence celui-ci lac change avec les saisons et l’intensité de la lumière. À noter qu’il s’agit du seul site naturel payant d’Islande.

 

 

Les falaises de Látrabjarg


À l’extrémité occidentale du pays, ces 
falaises qui s’étendent sur 14 km de long 
et qui peuvent atteindre plus de 440 m de 
haut surplombent la mer et constituent un sanctuaire estival extraordinaire pour les oiseaux. Macareux moines, guillemots, fous de Bassan et autres oiseaux marins y reviennent chaque année pour se reproduire et y 
demeurent jusqu’en août.

 

 

Le geyser de Strokkur et son voisin Geysir


C’est du célèbre Geysir islandais que nous vient le mot «geyser». Bien qu’il soit l’un des geysers les plus puissants du monde (son jet peut atteindre 120 m de hauteur), la source d’eau chaude du Geysir ne jaillit que deux ou trois fois par jour. Tout près, l’impressionnant geyser Strokkur entre en éruption toutes les 5 à 8 minutes et projette 
son eau à environ 20 m de hauteur. Pour voir le site d’un autre angle, montez le sentier qui grimpe la colline de Haukadalur. On trouve des restaurants, des expositions, une boutique de souvenirs et aire de repos au Geysir Center voisin.

 

 

 

Gullfoss, «la chute d’or»


Littéralement «la chute d’or», Gullfoss est l’une des plus impressionnantes chutes d’eau du pays, et sa terrible force s’entend bien avant qu’on puisse voir l’eau déferler en trombe. Surplombée d’un arc-en-ciel quasi permanent, la reine des foss (chutes) projette sur deux niveaux les flots de la rivière Hvítá dans le canyon se trouvant 32 m plus bas. Ce sont les sédiments présents l’eau qui donnent à cette chute ses reflets dorés.


Textes tirés du guide Ulysse Explorez Reykjavik et l’Islande
Disponible en version papier et numérique

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #Voyage

Repost 0

Publié le 10 Mai 2017

 

 

Les visiteurs se bousculent à la basilique du Saint-Sépulcre, les files s'allongent devant le mur des Lamentations et le dôme du Rocher scintille sur l'esplanade des Mosquées.

Tout autour, dans les dédales du Vieux-Jérusalem, des vendeurs proposent les foulards et des sacoches typiques de tous les souks touristiques du monde aux côtés de reproductions de menoras, crucifix et autres symboles religieux.

Dans ce qui est très certainement l'un des kilomètres carrés les plus fascinants et les plus chargés d'histoire et de sacré (et de conflits) du monde, on déambule les yeux ronds, que l'on soit croyant ou non.

Non loin de là, en dehors des murs de la vieille ville, le marché Machane Yehuda se prépare pour la nuit. S'il est animé durant le jour, avec ses kiosques de fruits et légumes, de pains moelleux et de denrées de toutes sortes, il se fait carrément festif le soir venu.

«Il y a 150 ans, cet endroit était désert. Il n'y avait rien ici, juste deschamps, des oliviers et peut-être quelques moutons», explique Dado Shalom, qui nous guide entre cafés, stand de halva, boutique de tahini et autres commerces encore ouverts.

Aujourd'hui, Machane Yehuda est non seulement l'un des plus fameux marchés d'Israël, c'est aussi l'endroit «où le party commence» au centre-ville de Jérusalem. Le soir, les bars et restaurants font place aux petits commerces et les graffitis se dévoilent sur les portes closes.

Ce côté alternatif et branché de la ville trois fois saintes (sainte pour les juifs, les musulmans et les chrétiens) peut surprendre les voyageurs, beaucoup plus habitués à l'associer à ses sites iconiques comme le tombeau du Christ, le dôme du Rocher ou la tour de David. Mais Jérusalem a d'autres facettes et, selon Dado, sa vie urbaine s'est rapprochée de celle de Tel-Aviv au cours des 10 dernières années.

 

TEL-AVIV

Vrai que le côté festif et cool, en Israël, c'est à cette ville plus jeune qu'on l'attribue. «Tel-Aviv est tendance», résume simplement le guide Dror Shoresh, qui nous accompagne après le coucher du soleil à la découverte des bars du quartier Rothschild. Entre le Kuli Alma et le Sputnik, qui rappellent les «ruin pubs» de Budapest, et le nouveau marché Rothschild Allenby, qui reste ouvert la nuit, on sent vite le potentiel nocturne de cette ville cosmopolite fondée en 1909.

Ajoutons à cela le bord de mer, avec ses plages, ses cafés, ses surfeurs, ses joggeurs et ses flâneurs, et on comprend rapidement d'où lui vient sa réputation de ville cool et moderne. Même le Vieux Jaffa - une portion de la cité dont les origines remontent au 18e siècle avant J.-C. - cache des endroits comme le musée de l'artiste Ilana Goor, qui a métamorphosé une auberge pour pèlerins juifs du 18e siècle en une galerie d'art éclatée.

 

LA MER MORTE

«Niveau de la mer», indique un panneau planté au beau milieu du désert, à des kilomètres de Tel-Aviv, alors que nous traversons la Cisjordanie. Nous roulons vers la mer Morte. À plus de 400 mètres sous le niveau de la mer, ce lac environ 10 fois plus salé que l'océan est l'endroit le plus bas du globe.

Au Dead Sea Premier Spa, les croûtes de sel blanches se mêlent au sable doré de la plage, et les montagnes de la Jordanie se devinent sur l'autre rive.

Selon Paule Rakower, notre guide à travers le pays, se baigner dans la mer Morte durant les chaleurs estivales équivaut presque à tremper dans l'huile chaude, tant la texture de l'eau est particulière. Cela n'empêche pas les visiteurs de venir profiter de ses vertus, notamment pour la peau, et de venir y flotter. Car ce qu'on voit sur les photos n'est pas truqué: l'humain flotte bel et bien sans effort (et avec le sourire!) dans les eaux denses de la mer Morte.

 

MASSADA

L'ambiance est un peu plus solennelle à Massada, à 20 minutes de route de là. Perchée sur une impressionnante montagne-rocher, dont certaines falaises atteignent 450 mètres de haut, Massada est une forteresse construite par Hérode le Grand au 1er siècle avant J.-C. Le site a aussi été le refuge d'un millier de rebelles juifs en l'an 73 lors de la prise de Jérusalem par les Romains. Assiégés, ils ont préféré se suicider plutôt que de se rendre aux légionnaires, qui avaient réussi à construire une immense rampe jusqu'au sommet. Toujours visible, la rampe a de quoi laisser songeur, tout comme les ruines de ce site doublement millénaire.

Quant à la vue que l'on a sur la mer Morte et le vaste désert de Judée, elle est comme le reste du voyage: surprenante et mémorable.

***

 

 

INFOS PRATIQUES

- Vous aimeriez découvrir Israël? Ce survol en quatre temps peut se faire en une semaine. Vous pourriez y ajouter la visite de vignobles, comme le Amphorea ou le Tishbi, à environ une heure de Tel-Aviv. Si vous avez plus de temps, le choix est grand: la Galilée (patrie de Jésus), la vieille ville d'Akko (Saint-Jean-d'Acre), Haïfa et le mont Carmel, etc.

- S'y rendre? Nouveauté 2017: des vols directs entre Montréal et Tel-Aviv-Jaffa seront proposés cet été, entre autres par Transat. La compagnie offrira aussi des forfaits pour découvrir Israël, à des prix démarrant à 2000 $ par personne. Autres options: transat.com.

- Se préparer? Le conflit complexe qui oppose Israël et la Palestine ne peut être ignoré: on se renseigne avant de partir. On révise aussi son histoire religieuse et générale: le voyage sera plus intéressant.

- À lire: le guide Ulysse Comprendre Israël, pour savoir ce qu'il savoir, et le Lonely Planet Israël et les Territoires palestiniens, pour planifier ses visites dans toute la région.

- Côté sécurité, on consulte le site d'avis aux voyageurs du gouvernement canadien (voyage.gc.ca) et on vérifie si son assurance voyage offre une protection partout dans la zone.

Ce voyage a été rendu possible grâce au ministère du Tourisme d'Israël et à Transat.

Une semaine en Israël.
Une semaine en Israël.
Une semaine en Israël.
Une semaine en Israël.
Une semaine en Israël.
Une semaine en Israël.
Une semaine en Israël.
Une semaine en Israël.
Une semaine en Israël.
Une semaine en Israël.
Une semaine en Israël.
Une semaine en Israël.
Une semaine en Israël.
Une semaine en Israël.
Une semaine en Israël.
Une semaine en Israël.
Une semaine en Israël.
Une semaine en Israël.

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #Voyage

Repost 0

Publié le 8 Mai 2017

 

 

Cuiabá, Brésil | Dans quelle partie de l’Amérique du Sud trouve-t-on la faune la plus riche? Si vous avez répondu l’Amazonie, vous faites ­erreur. Il faut en fait se rendre un peu plus au sud, dans un secteur nommé Pantanal, pour voir des ­animaux à profusion.

Cette région représente la zone humide la plus dense au monde avec une superficie avoisinant les 200 000 km2. À la base une ­immense plaine alluviale, elle se métamorphose durant une partie de l’année en un grand marais d’eau douce en raison des crues des rivières Paraguay et Cuiabá.

Ce marécage temporaire engendre un écosystème incroyable accueillant quelque 650 espèces d’oiseaux, 400 de poissons, 80 de mammifères, des dizaines de ­reptiles, sans oublier les 3500 types de plantes, qui se faufilent dans des corridors de canaux, de lacs et de forêts-galeries.

 

Grands animaux

Les plus grands spécimens de ­certaines espèces se trouvent à cet endroit, notamment en ce qui a trait aux jaguars et aux loutres, mais ­aussi aux rongeurs avec le ­capybara, aux cigognes avec le ­jabiru ou ­tantale d’Amérique, aussi connu sous le nom de tuyuyu, et aux ­perroquets avec l’ara hyacinthe d’un bleu électrisant.

Ces tailles imposantes, jumelées à cet énorme espace ouvert, font en sorte que plusieurs de ces animaux sont menacés d’extinction. Outre le jaguar et la loutre susmentionnés, les tamanoir et tatou géants, le cerf des marais, le loup à crinière et le ­tapir du Brésil figurent sur cette ­liste.

Les plantes n’échappent pas non plus à ce destin potentiel, car la végétation­­ dépend largement de la composition du sol et de la durée des inondations. Parmi celles en danger, notons la ­canella preta, l’albizia inondé, le ­garcinia à grandes feuilles, le grapia et le perhuétamo.

Les ranchs gigantesques qui poussent en bordure de l’aire ­protégée ne sont pas non plus étrangers à ce triste présage, alors que les activités agricoles et agents chimiques utilisés pour nourrir les millions de têtes de ­bétail et cultiver le soya entraînent déforestation et érosion.

 

Accès difficile

Le Pantanal demeure difficilement accessible, surtout en saison des pluies, alors que près de 80 % de son territoire est inondé, la ­hauteur de l’eau variant de quelques centimètres à plus de deux mètres.

Parmi les options possibles, de petits aéroports sont établis à Cuiabá au nord et à Campo Grande au sud. Une piste surélevée, la Transpantaneira, traverse aussi le nord sur 145 kilomètres entre ­Poconé et Porto Jofre grâce à plus de 120 ponceaux de bois.

Pour le reste, il faudra se déplacer en bateau, en 4x4, à cheval ou à pied, à condition que vous n’ayez pas peur des anacondas, caïmans, ­piranhas et autres «sympathiques» bestioles qui séjournent en ces lieux.

REPÈRES

Localisation : Le Pantanal est situé principalement dans les états de Mato Grosso et de Mato Grosso do Sul dans le centre-ouest du Brésil. Le territoire est cependant tellement vaste qu’il déborde même sur ses voisins, le Paraguay et la Bolivie, qui comptent chacun 10 pour cent de sa superficie

 

Période : La meilleure période pour observer la faune est la saison sèche, soit de mai à octobre

 

Argent : 1 $ CA = 2,3 réaux brésiliens.

Coûts : Les coûts sont généralement élevés vu l’isolement des lieux. Il est toutefois préférable de payer un peu plus cher son forfait, question d’en avoir pour son argent en matière de confort et de variété des circuits.

 

Hébergement : Dans une ferme ou dans des écolodges

Bon à savoir : Le bassin nord du Pantanal offre, règle générale, de meilleures options pour les tours guidés.

 

Grandeur et splendeur au Pantanal.Grandeur et splendeur au Pantanal.
Grandeur et splendeur au Pantanal.
Grandeur et splendeur au Pantanal.Grandeur et splendeur au Pantanal.

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #Voyage

Repost 0

Publié le 1 Mai 2017

De grands espaces, de verts pâturages, des villages médiévaux, des plages, des montagnes et des paysages somptueux: les splendeurs du nord du pays de Galles prennent au cœur les amoureux de la nature et les fous de plein air. Dans ce coin de pays où les traditions se perpétuent et où les légendes sont racontées sans rire, le bonheur d'être Gallois est de toutes les conversations.

Bienvenue aux abords du parc national Snowdonia, là où les contes prennent vie et où est jalousement préservée la délicieuse langue galloise.

 

 

AU SOMMET DU MONT SNOWDON

Au départ de Cardiff, capitale bien au sud du pays, le trajet jusqu'à la communauté de Betws-y-Coed est d'environ six heures. Six heures à valser d'un train à l'autre, certes, mais à vivre également un périple des plus romanesques en fendant la plus que parfaite campagne galloise. À l'arrivée, à deux pas de la gare, le village pittoresque de Betws-y-Coed fait office de pied-à-terre tranquille pour de nombreux randonneurs s'apprêtant à gravir les 1085 mètres du célèbre mont Snowdon.

Cerné de forêts aux allures magiques et composé de deux rues principales bordées de quelques restaurants, terrasses et boutiques, le minuscule village est parfait, calme.

Entreprendre une randonnée dans le parc national Snowdonia est l'objectif ultime de la majorité des voyageurs optant pour le nord du pays de Galles.

Premier parc national gallois à avoir vu le jour et second plus grand parc en Grande-Bretagne, Snowdonia est reconnu pour ses beautés naturelles. Des sentiers juste assez escarpés pour être joyeusement exigeants, des lacs semblant avoir été creusés par des mains de géant (probablement celles de Rhitta Gawr, le géant barbu tué par le légendaire roi Arthur et dont Snowdon servirait de tombeau), des chutes, des montagnes aux sommets cachés dans les nuages, des champs, des parois et des chemins rocheux.

Des six sentiers menant au plus haut sommet du pays, celui de Llanberis est le plus populaire, car considéré comme le moins difficile. Les randonneurs aventuriers optent plutôt pour les chemins qualifiés d'ardus tels le sentier des Mineurs (ancienne route empruntée par les mineurs transportant le cuivre), la Pyg Track, le chemin Watkin Path, le chemin Rhyd-Ddu ou encore le chemin Snowdon Ranger. Des sentiers dont les points de départ se trouvent au pied de divers versants de la montagne et dont le temps de marche aller-retour est évalué à six heures. Et un sommet (malheureusement souvent recouvert de brume) aux conditions hivernales lors qu'on s'y rend à l'extérieur des mois d'été.

Les familles, les gens âgés ou moins en forme et les visiteurs pressés peuvent prendre place à bord d'un des trains (vapeur ou diesel) de la Snowdon Mountain Railway. Ils peuvent ainsi profiter sans s'essouffler de la vue incroyable qu'offre Snowdon sur le parc Snowdonia, la région d'Anglesey, le comté de Pembrokeshire et, par temps clair, les contours de l'Irlande.

 

 

REPLONGER DANS LE PASSÉ DE CONWY

Reconnue pour être l'une des plus belles villes fortifiées de Grande-Bretagne, Conwy ne peut que charmer ses visiteurs avec son château médiéval et ses fortifications classés au patrimoine mondial de l'UNESCO, son port s'étendant le long de la rivière Conwy, ses maisons anciennes et son atmosphère sympathique et accueillante.

Et que dire du chemin pour s'y rendre: une quarantaine de minutes en autobus à traverser les vastes champs et les collines émeraude typiquement galloises.

Les enfants revêtent leurs armures de chevaliers et leurs robes de princesses pour visiter les huit tours et l'intérieur du château-forteresse d'Edward 1er, dont la construction remonte à 1287. Un véritable château médiéval (donjon, ruines d'appartements royaux, tour du roi, chapelle, pont suspendu) dont les tours offrent le plus impressionnant des points de vue sur la bouche de la rivière Conwy et les montagnes de Snowdonia.

La balade à pied dans la vieille ville se fait en toute simplicité alors que l'on croise le joli Lancaster Square, le luxueux Castle Hotel (le plus vieil hôtel de Conwy), les boutiques, cafés et épiceries fines unanimement fiers de leurs produits locaux. Sur le quai de Conwy, les gens contemplent les bateaux, mangent une glace et visitent la plus petite maison de Grande-Bretagne, qui fait 3,05 mètres sur 1,83 mètre et compte deux étages!

La piste cyclable et le sentier pédestre longeant la rivière se font aussi invitants, menant sur l'autre rive de la rivière, jusqu'à la petite ville de Deganwy.

La visite audioguidée de la maison de ville victorienne Plas Mawr est un autre incontournable. Construite entre 1576 et 1585 par Robert Wynn, membre de la noblesse galloise, l'établissement permet de visualiser le quotidien de la haute société d'autrefois grâce à des expositions d'objets, meubles, vêtements et inventions technologiques de l'époque Tudor.

 

 

BON À SAVOIR

- Il est primordial d'être vêtu convenablement pour gravir le mont Snowdon. On opte pour des vêtements imperméables (manteau, gants et pantalons), des bottes de randonnée et un manteau chaud supplémentaire à glisser dans son sac à dos. On n'oublie pas son lunch et assez d'eau pour la montée et la descente. Des bâtons de marche peuvent aussi s'avérer utiles.

Ce voyage a été rendu possible grâce à la collaboration d'Air Transat et deMEC.

nord du pays de Galles.
nord du pays de Galles.
nord du pays de Galles.
nord du pays de Galles.
nord du pays de Galles.
nord du pays de Galles.
nord du pays de Galles.
nord du pays de Galles.
nord du pays de Galles.
nord du pays de Galles.
nord du pays de Galles.

nord du pays de Galles.

Voir les commentaires

Rédigé par Régis Baillargeon

Publié dans #Voyage

Repost 0